Pochette
Switch

Resident Evil: Revelations

Développeur : TOSE | Éditeur : Capcom | Genre : Survival Horror | Site web officiel
Sortie :🇪🇺 28/11/17🇺🇸 28/11/17 | Multijoueur : 1 joueurs en local, 2 joueurs en ligne
Par Slippy, le dimanche 17 juin 2018 à 03:40

Comme un grand nombre des jeux de la franchise Resident Evil, l'opus Revelations sera sorti sur une multitude de supports. Tout d'abord réservé à la 3DS, Resident Evil : Revelations a été adapté sur Switch. Malgré un jeu vu et revu, quelles sont les nouveautés que Capcom a pu apporter à cette version ?

Image

Inutile de présenter la série Resident Evil, tant celle-ci est populaire dans le monde des survival horror mais aussi dans des produits dérivés comme les longs métrages. La franchise de Capcom a traversé les années (et les consoles) avec très peu de ratés, quelques épisodes sont même devenus cultes et des références pour des millions de joueurs.

En parlant rapidement de Revelations, sorti initialement sur la 3DS, c'est une franche réussite, la réalisation est l'une des meilleurs jamais rencontrée sur console portable et le gameplay s'adapte parfaitement à la nouvelle version (à l'époque) de la Nintendo 3DS avec le circle Pad Pro.

Quelques mois après, Capcom porte Resident Evil : Revelations sur PC, PS3, Xbox360 et Wii U. Puis, une version plus « huppée » graphiquement arrive sur PS4 et Xbox One. Enfin la variante Switch est la dernière à sortir, mais celle-ci est adapté des versions PS4 et One.

L'action se déroule principalement dans une vaste embarcation maritime infestées d'armes biologiques. Cet opus se place chronologiquement entre Resident Evil 4 et Resident Evil 5. Resident Evil : Revelations est vu plus comme un spin off de la série. On retrouve des personnages récurrents de la série mais aussi des nouveaux. La société Umbrella Corporation n'est pas présente officiellement. On retrouve de nombreuses similitudes scénaristiques avec tous les Resident Evil : la présence d'un virus (le T-Abyss) qui menace le monde, des personnes malveillantes et des traîtres, et un complot bien orchestré pour nuire aux « gentils » de l'histoire.

On se laisse suivre par le scénario, il est pourvu de nombreux rebondissements et de retournements de situations, certains malgré tout n'accrocheront pas forcément celui-ci à cause de ses airs de « déjà vu » et même si le jeu a la mention « révélations », celles-ci, sans vouloir spoiler, ne seront pas fracassantes. Capcom a voulu innover en découpant son histoire en chapitres, avec un rappel des événements précédents au début de ceux-ci à la manière d'une série télévisée. Une manière originale de remémorer aux joueurs les faits marquants de l'intrigue surtout si on a pas joué au jeu depuis quelque temps entre deux sauvegardes.

Quoi qu'il en soit, au contraire du premier Resident Evil ou l'action se déroulait que dans un seul lieu, dans Resident Evil : Revelations vous allez voyager ! Si le bateau reste le théâtre principal des opérations, vous pourrez également découdre dans des montagnes ou sur une plage. Cet aspect globe-trotteur diversifie le jeu, les chapitres, même s'ils sont inégaux apportent un rythme soutenu ou l'action ne baisse pas d'intensité, il n'y a pas d'allers-retours d'un point A à un point B comme on pouvait retrouver sur les autres opus.
Resident Evil : Revelations remet en scène les binômes. Tout au long du jeu le joueur prend le contrôle d'un des deux tandems, sans avoir la possibilité de switcher, le deuxième comparse est manœuvré par l'IA. S'il peut vous faire économiser quelques balles sur les ennemis classiques (et encore, sa puissance de feu est bizarrement bien faible comparé à la vôtre, même a arme égale), il ne sera d'aucune utilité pour les boss, ne comptez pas sur lui pour vous soigner non plus. C'est dommage, on aurait aimé que le binôme contrôlé par l'IA soit un peu plus constructif dans son attitude. Néanmoins on apprécie de changer fréquemment de binômes et pouvoir incarnez l'ensemble des personnages, d'autant que ceux-ci ont des armes différentes.

ImageImageImage
Image

Le soft est visuellement agréable à parcourir, Capcom s'est basé sur les versions sublimées concurrentes de la Switch, à savoir la PS4 et la Xbox One.
Cela étant dit, on reste relativement proche de la version Wii U.
En termes de résolution, le jeu tourne en 1080p sur son dock, tandis que sur l'écran de la console en nomade, cette dernière est ramenée à 720p.
Quel que soit le mode choisi, le soft fonctionne en 60 images par seconde.

Concrètement le jeu est fluide, mais certaines textures apparaissent faibles et peu détaillées, on remarque également des petits ralentissements.

Les habitués de la série apprécieront sans doute les nombreux clins d'œil (lieux, ennemis) aux anciens épisodes de la licence. Les personnages sont certes caricaturaux mais ne manque pas de charme, cependant le bestiaire est assez limité, malgré la présence de quelques boss qui ne sont pas inoubliables.

Capcom a l'habitude de travailler sa bande son pour intensifier la tension et faire naître l'angoisse chez le joueur, ce Resident Evil ne déroge pas à la règle, on arrive toujours à sursauter quand un grognement ou des bruits de pas rompent le silence d'une scène.

Le gameplay nous rappelle fortement la version Wii de Resident Evil 4. En effet Resident Evil : Revelations sur Switch utilise la détection de mouvement propres au Joy-Cons. Celui de gauche sert a se déplacer, le droit à viser.
Secouer le Joy-Con droit horizontalement sert à donner des coups de couteau et vers le bas à recharger l'arme du héros, secouer celui de gauche permet de se dégager lorsqu'un ennemi nous attrape.
Cette configuration, très réussie et relativement intuitive
, renforce l'immersion. Mais malheureusement, en pratique sur de longues sessions de jeu on s'aperçoit qu'il y a quelque fois des ratés dans les détections de mouvements.

Capcom a heureusement pensé aux réfractaires du motion gaming en incluant un gameplay classique à la manette pro ou avec les Joy-Cons attachés à la console ou au Grip. Aucun problème à noter lorsqu'on utilise cette configuration.

Le titre permet aux joueurs de bouger en tirant ou d'effectuer des esquives rapides (très pratique). Vous pouvez également scanner votre environnement pour trouver des objets (munitions, plantes etc.) invisiblent à l'œil nu. Si sur le papier cela parait une bonne idée, à l'usage cela va très vite être fastidieux et redondant, la plupart des joueurs abandonneront sans doute cette spécificité.

ImageImageImage
Image

En matière d'armes, rien de bien transcendant, vous aurez le droit aux armes classiques (pistolets, fusil d'assaut et de précision, fusil à pompe), cependant vous pourrez grâce à des items, upgrader vos pétoires via les coffres. Le système de ces coffres est différent des autres Resident Evil, ils servent à stocker uniquement votre arsenal, pas les munitions ou les objets de soin qui régénèrent la vie. Vous ne pourrez porter que 3 flingues sur vous (et 5 plantes) et donc les coffres servent à mettre à jour votre armement : puissance ou cadence de tir par exemple. Ce n'est pas bien réaliste mais cela apporte de la fluidité au gameplay, car le joueur n'a pas à gérer un inventaire tout au long de l'aventure.

Resident Evil : Revelations se termine vite, le joueur en voudra toujours plus ! Comptez environ 10h ce qui reste honorable pour un survival horror, rajoutez encore du temps à ce compte si vous voulez avoir avec un taux des ennemis scannés à 100%.
En fonction de vos actions et de votre efficacité, vous débloquerez des bonus (armes, objets, tenues, personnages…).

Capcom a eu la bonne idée de proposer un mode commando qui peut être joué en coopératif en ligne. Le mode commando propose des missions dans différents niveaux de la campagne avec une difficulté croissante. Au fur et a mesure vous engrangez de l'expérience pour monter votre niveau et allez acquérir des crédits pour acheter des armes et les améliorer. Même si le principe reste répétitif, il permet d'accroître potentiellement la durée de vie.

Mais ce n'est pas tout ! La version Switch se voit doté de tous les DLC sortis à ce jour ! Les possesseurs du jeu pourront profiter des packs Resistance Set et Enhancement Set qui contiennent chacun 6 upgrades pour les armes.
Parmi les DLC il y a de nouveaux personnages et de nouveaux costumes.

Enfin finissons avec les ajouts exclusifs à la Switch. Le jeu est compatible avec les amiibo qui permettent de récupérer des munitions supplémentaires.
Capcom a introduit un mini-jeu dans le mode commando. Appelé Ghost Ship panic, ce dernier est amusant a défaut d'être indispensable

ImageImageImage

Les Plus

+ Version calqué sur la PS4/Xbox One et non pas sur la Wii U
+ On voyage beaucoup contrairement aux autres Resident Evil
+ Le mode commando est une bonne pioche
+ Grâce aux binômes on incarne tous les personnages.
+ Les contrôles avec les Joy-Cons apportent un plus

Les Moins

Un scénario nouveau mais calqué sur les épisodes précédents
Le binôme contrôlé par l'IA ne sert à rien
Quelques imperfections : ralentissements, des ratés dans la détection de mouvements
Une version sans surprises et sans ajouts concrets

Graphismes 15/20

Le portage tiré des versions PS4 et Xbox One est très propre, que ce soit en mode portable ou sur la télé. Les minis ralentissements ne nuisent pas à l'expérience de jeu.

Jouabilité 15/20

Sur Switch le joueur aura le choix de jouer de manière classique ou avec la détection de mouvement offerts par les Joy-Cons. Dans les deux cas, la jouabilité est bonne hormis des déficiences avec le motion gaming.

Durée de vie 16/20

La campagne solo se termine en 10h ce qui reste dans la moyenne des Resident Evil. Le mode commando prendra le relais et apportera un surplus de jeu non négligeable. Les ajouts exclusifs à la Switch sont totalement dispensables.

Bande son 16/20

Fidèles à eux même, Capcom distille les musiques uniquement pour des moments clés du jeu, la plupart du temps le joueur avance en silence, interrompu par les cris des ennemis afin d'accentuer l'ambiance angoissante.

Scénario 14/20

Très basique, mais se laisse regarder. Beaucoup ne vont pas forcément y adhérer tant qu'il est prévisible et que les ressorts scénaristiques sont attendus et copiés sur les précédents softs.

Verdict

Resident Evil : Revelations sur Switch est réservé avant tout à ceux qui n'ont jamais pris par à l'aventure. Hormis quelques ajouts sympathiques, comme les contrôles aux Joy-Cons, la version de Nintendo est sans surprises mais convient parfaitement à une utilisation nomade comme l'était sa consœur sur 3DS.

14
 Poster un commentaire (0)

Poster un commentaire

S'inscrireConnexion