Pochette
Wii U

Donkey Kong Country : Tropical Freeze

Développeur : Retro Studios | Éditeur : Nintendo | Genre : Plateformes | Site web officiel
Sortie :🇪🇺 21/02/14🇺🇸 21/02/14🇯🇵 13/02/14
Par Joy Kreg, le jeudi 18 septembre 2014 à 14:06

La série compte vingt-neuf épisodes et pourtant très peu ont rencontré le succès colossal du plus célèbre. De sa main de designer industriel, Shigeru Miyamoto l’a créé et, grâce à lui, a pu exporter les jeux vidéo de la marque Nintendo partout dans le monde. C’est Donkey Kong, bien sûr. Le premier épisode sur arcade et le célébrissime Donkey Kong Country sur Super Nintendo restent aujourd’hui de puissants marqueurs historiques, chacun représentant de ce qui se faisait de mieux en son temps. Avec Donkey Kong Country, Nintendo avait rallié quantité de nouveaux fans. Des fans qui ont pu se sentir abandonnés entre Donkey Kong 64 (Nintendo 64, 1999) et Donkey Kong Country Returns (Wii, 2010). C’est donc en 2014 que Nintendo et Retro Studios apportent le réconfort aux fans des jeux de plates-formes de la série Donkey Kong. Il ne faudra pas attendre onze ans à nouveau. Donkey Kong Country Tropical Freeze est là.

De l’ADN de gorille conservé pendant vingt ans

Donkey Kong Country Tropical Freeze est bâti sur le même modèle que son prédécesseur sur Wii et 3DS. Les constats valables sur Donkey Kong Country Returns le sont toujours pour l’épisode sorti ce mois de février 2014 sur Wii U. Bien des bases posées dans les trois premiers Donkey Kong Country sont déclinées dans Tropical Freeze et raviront les fans de la série. Les développeurs poursuivent l’enrichissement de l’univers visuel de Donkey Kong dans le respect de la charte graphique conçue pour l’épisode sorti sur Wii. Les décors ont été construits avec un sens du détail prononcé. Le pelage de Donkey Kong profite grandement de la HD. Les thèmes de la jungle, de la plage, de la mer, semblent parfaitement maîtrisés. Les niveaux aquatiques, absents de l’épisode sorti sur Wii font leur grand retour, accompagnés d’un beau remix de l’inoubliable thème aquatique du premier Donkey Kong Country. Les mouvements très détaillés de Donkey Kong sous l’eau témoignent de la volonté des développeurs d’obtenir un rendu réaliste et fluide, au point de travailler minutieusement les battements de jambes quand Donkey Kong pique une tête. La petite sensation grisante des niveaux à contre-jour sera de la partie, charriant avec elle sa poésie et mettant si bien en valeur la cravate de Donkey et la casquette de Diddy, toutes deux rouges. Les écrans de chargement et les transitions entre deux parties d’un niveau ont conservé la même mise en forme que sur Wii, les personnages qui courent, une rosace de bananes, des nuages qui défilent avec la même musique. Le recyclage de Donkey Kong Country Returns à Donkey Kong Country Tropical Freeze se révèle plus marqué encore que la conservation d’éléments en provenance de la Super Nintendo. Les effets sonores et les arrangements de thèmes célèbres, de très bonne qualité, viendront chatouiller vos tympans sans jamais les agresser. Les items classiques côtoient de menues nouveautés, certes ajoutées pour faciliter la vie des joueurs, mais peu pertinentes tant l’intérêt du jeu réside dans l’adaptation aux rigueurs de la jouabilité et la mémorisation de l’architecture des niveaux.

Un gène perdu, une gêne gagnée

C’est jour de fête chez les Kong. Donkey fête son anniversaire. Diddy, Dixie et Cranky sont présents pour partager avec Donkey un gâteau à la banane surmonté d’une banane napée de crème de banane. Un monticule de cadeaux attend l’heureux gorille. Alors que Donkey s’apprête à souffler la bougie, un adorable petit flocon de neige se pose sur la mèche et éteint la flamme. Au large de l’île de Donkey Kong, un drakkar peuplé de pingouins et d’un énigmatique personnage ressemblant à un Yéti lance une attaque glaciale. Les quatre grands singes s’en trouvent balayés par le froid vent et atterrissent très loin de leur île. Les malfrats s’emparent de l’île désormais réfrigérée. Donkey Kong atterrit dans une carcasse d’avion et devra parcourir la distance qui le sépare de son havre de paix foulé au pied par les odieux alcidés. Tout de suite, comme dans Donkey Kong Country Returns, le joueur se heurte à l’inertie très particulière de Donkey. La faible hauteur de saut et la vitesse à laquelle il retombe stopperont net toute velléité de voltige de la part du joueur. Une fois en l’air, les corrections de trajectoire réduites et l’obligation de presser à nouveau le bouton de saut pour réaliser un rebond haut transformeront chaque saut en direction de la difficulté en un moment d’anxiété. Les personnages disponibles dans les tonneaux souffrent des mêmes problèmes, Diddy ne permet pas de planer longtemps et descend pendant la combustion de son jet pack, Dixie ne fait remonter que peu la paire de singes avec sa couette tournoyante, et les rebonds de Cranky souffrent d’une mise en œuvre à retardement. Si les rebonds exigeront un temps d’adaptation, le choix de gameplay parmi les plus contre-intuitifs de la création vidéo-ludique risque de provoquer de nombreuses crispations. En effet, pour s’accrocher à une liane, il faut maintenir le bouton ZR. Oublier ce principe ou lâcher le bouton, c’est faire mourir Donkey Kong et recommencer. Mais ces défauts ne sont pas les seuls. D’autres en provenance du jeu sorti sur Wii viennent polluer le plaisir de l’expérience comme, par exemple, le fait que Donkey frappe le sol à la moindre pression du bouton x ou y alors que le joueur aimerait faire partir Donkey en roulade.

Donkey Kong’s Triple Trouble

A bien des égards, le gameplay était plus convainquant sur Super Nintendo. Avec un peu de recul, il se dégage du jeu un malaise, une gêne difficile à exprimer. Donkey Kong Country Tropical Freeze porte en lui des défauts criants. Non pas des défauts pour un jeu de plates-formes mais des défauts pour un Donkey Kong Country. Avant tout, son immense difficulté, donnant plus de sens encore à l’expression « die’n retry », peut rebuter les joueurs même expérimentés. Les développeurs ont pris le risque de gâcher le plaisir de jouer. Le level design, extrêmement torturé, superpose un décor empli de pièges aussi traitres les uns que les autres à des ennemis vicieux qui iront jusqu’à reculer d’un pas pour que Donkey les touche juste après la fin de sa roulade. Autre trahison, la roulade n’est plus rallongée par l’élimination d’un ennemi. Heureusement Donkey peut toujours sauter pendant sa chute dans le vide s’il n’a pas sauté de la plate-forme d’où il tombe avec une roulade. Ensuite les graphismes, bien que fins et réussis, ne révèlent pas le meilleur de la console Wii U. Dans certains niveaux, les chutes d’eau en arrière-plan peuvent offrir un rendu plus que satisfaisant mais l’océan qui entoure les îles sur la carte semble avoir été dessiné et ses mouvements codés avec négligence. Cette inégalité de la qualité visuelle n’offre pas le plaisir de regarder un jeu parfaitement fini, aux graphismes aboutis mais plutôt l’impression d’une simple mise à jour graphique perdue quelque part entre la Wii et la Wii U. Enfin les musiques sont souvent de charmantes et délicates compositions. Ce qui n’a rien à faire dans l’univers de Donkey Kong Country ! Les musiques de Donkey Kong n’ont jamais été aussi fun que lorsqu’elles mariaient les percussions, les instruments à vent et les cris de singes. Avec sa bande originale, Donkey Kong Courtry Tropical Freeze semble courir après Rayman Legends, achevant de démontrer son allégeance à ce dernier en proposant des morceaux de métal. On aura tout entendu !

Les Plus

+ de beau visuels
+ de belles musiques
+ un vrai challenge

Les Moins

un gameplay trop rigide
une difficulté de vicelard
l'univers de Donkey Kong un peu bafoué

Graphismes 17/20

Ils sont imparfaits mais tout de même beaux. La HD et les effets de lumière bien fignolés mettent en lumière une colorisation chaleureuse et un design des ennemis très réussi, le tout rehaussé par une animation absolument parfaite.

Jouabilité 14/20

Le souffle de Donkey, réalisé sur Wii en appuyant vers le bas avec le stick du Nunchuk et en remuant le couple Wiimote + Nunchuk, tombe aux oubliettes. Et on s’en fiche pas mal. La prise en main est longue et les personnages ne répondent pas au doigt et à l’œil. Quel dommage dans un jeu si difficile !

Durée de vie 17/20

Réussir le challenge des 200% tiendra tous les possesseurs d’une Wii U en haleine longtemps … très longtemps ! De plus, le jeu est suffisamment agréable pour que les joueurs y reviennent avec plaisir.

Bande son 15/20

La voix de Funky Kong est ridicule. Les bruitages sont très bons mais la musique manque de réverbération acoustique et surtout de punch !

Scénario 15/20

Changer l’histoire du vol de bananes ? Inconcevable ! C’est pourtant arrivé, et ça fonctionne.

Verdict

Après avoir nargué les amateurs de Donkey Kong Country dans trois épisodes de Super Smash Bros, Donkey Kong semble redevenu fidèle à son genre de prédilection, le jeu de plates-formes. Comme son prédécesseur sur Wii, Donkey Kong Country Tropical Freeze échoue à moitié en essayant de ressusciter l’âme des anciens jeux de la série. Retro Studios poursuit l’exploration de sa vision de Donkey Kong. Ce ne sont plus les Donkey Kong Country développés par RareWare. Cependant Donkey Kong Country Tropical Freeze demeure une grande réussite car en dépit de sa grande difficulté, il a été mis en forme pour plaire au plus grand nombre. Grâce à Nintendo et aux développeurs indépendants, la communauté des joueurs connaît un nouvel âge d’or des jeux de plates-formes. Sans représenter le summum des jeux de plates-formes de la décennie, Donkey Kong Country Tropical Freeze est une expérience à tenter, pour sa beauté et pour apprendre à mieux jouer en affrontant de vraies difficultés.

16
 Poster un commentaire (0)

Poster un commentaire

S'inscrireConnexion