Pochette
Wii U

Darksiders II

Développeur : Vigil Games | Éditeur : THQ | Genre : Action/Aventure
Sortie :🇪🇺 30/11/12
Par Slippy, le dimanche 14 juin 2020 à 16:08

Avec l’avènement de la Wii U, de nouvelles licences sont arrivées chez Nintendo, Darksiders en fait partie. Le deuxième opus est sorti quelques mois après les versions concurrentes, les développeurs ont-ils profité de ce laps de temps pour améliorer leur produit ou faire simplement un copier-coller ?

Image

Nintendo l’avait dit, avec la Wii U et son architecture plus puissante que la Wii, ils espéraient attirer des joueurs plus matures, plus confirmés. Pour cela, et avec l’aide d’éditeurs tiers, la console proposa des titres comme Zombi U, Mass Effect 3, Batman Arkam City, Assassin's Creed, le tout directement dans le line up de la Wii U.
En ce qui concerne la franchise Darksiders, il s’agit d’une particularité. En effet le tome 2 est sorti au lancement de la console tandis que le premier (remastérisé) est sorti en fin de vie de cette dernière. De ce fait beaucoup de joueurs possédant uniquement des consoles Nintendo ont découvert Darksiders à travers l’épisode deux.

D’un point de vue scénaristique, ce n’est pas bien grave de commencer par Darksiders 2, puisqu’il n’est pas une continuité du premier jeu, mais une histoire parallèle. Pour rappel, le soft est développé par la jeune équipe de Vigil Games fondé par Joe Madureira un dessinateur de comic connu pour son travail sur X-Men et Battle Chasers.
Son travail influencera le level designet le character design des titres de Virgil Games.
Le premier Darksiders sorti en 2010 est d’ailleurs plébiscité par les joueurs et les critiques. Si le soft pioche diverses idées dans d’autres licences (Zelda, God of War) en ce qui concerne les mécaniques de jeux, sa direction artistique est unique lui accordant un charme certain qui a su captiver.

On aurait pu penser que pour la suite, Vigil Games reprendrait l’ensemble des composants qui ont fait de la licence un produit original, mais comme nous allons le voir, ce ne fut pas vraiment le cas. En effet sur la forme il s’agit bien d’un Darksiders, mais sur le fond les développeurs ont vraiment changé de formule. Une prise de risque payante ?

Commençons par l’histoire. Si le premier Darksiders mettait en scène War, l’un des chevaliers de l’Apocalypse dans ses pérégrinations pour prouver son innocence (dans un conflit où il est accusé à tort), Darksiders 2 ne reprend pas la suite de ce scénario.
En effet vous incarnez Death un autre chevalier et frère de War. Death veut également prouver la non culpabilité de son frangin incriminé pour avoir soi-disant répandu l’enfer sur Terre. Pour cela, Death devra ressusciter l’ensemble de l’humanité.
Bien entendu le récit est développé, entrelacé de rencontres et de retournements de situations. Mais si l’aventure de War nous avait tenu en haleine, celle de Death est, à nos yeux, moins marquante.

Image

Heureusement on retrouve plus ou moins le même level design que le premier opus et la patte si particulière de Joe Madureira (mélange gothique et mythologique). On entre dans un univers sombre par sa violence et son background mais riche en couleurs et très varié dans les différents mondes qui s’articulent entre eux. Notre personnage se déplace dans un monde semi-ouvert, un peu plus vaste à explorer que celui du premier volet.
En ce qui concerne Death, il est vraiment différent de War, moins bourru, plus souple mais toujours aussi cruel envers ses ennemis.
Darksiders 2 ne permettra pas de juger de la puissance de la Wii U, tant le jeu est graphiquement identique aux versions sorties sur PS3 et Xbox360. C'est toujours très agréable à regarder, sans ralentissement.
Le jeu est entièrement en français et profite d’un bon doublage. Quant aux musiques elles savent agrémenter l’ambiance.

Comme on l’a vu, la réalisation ne réserve pas de surprise, cependant les développeurs ont très fortement accentué le côté RPG qui était très minimaliste dans le premier jeu de Virgil Games. Le titre conserve son orientation hack'n slash très prononcée, mais se rapproche plus d’un « Diablo like » avec un système de loot délivré par les ennemis vaincus et les coffres, ainsi que certains éléments d’un RPG: armes, armures, accessoires qui donnent du bonus. De plus il y aura de nombreuses quêtes secondaires qui vous demanderont de parcourir les niveaux en long et en large.

De ce fait Darksiders 1 et 2 sont très différents. Il y a aura forcément des déçus, cependant nous pensons que ce nouveau système apporte un véritable plus. Chaque partie sera différente puisque les loots sont générés de façon aléatoire.
Death dispose comme son frère d’une arme principale, mais également d’une flopée d’armes secondaires et d’éléments qui constituent la défense (armures, casques, gants etc). Chacune de ces pièces modifie l’apparence du personnage ainsi que ses caractéristiques (attaque, défense, magie entre autres). Certains de ces items peuvent être améliorés en sacrifiant les autres dont vous n’avez plus besoin, ou qui sont moins efficaces.

Image

Plus le niveau du personnage augmente, plus ses compétences se développent. Ces dernières (30 au total) sont scindées en deux classes (magicien ou nécromancien) et peuvent augmenter jusqu’au niveau 3.
Notre préférence va aux compétences de nécromancien, par exemple la compétence nommée « Exhumation » qui permet d’invoquer des goules qui vont combattre temporairement au côté du héros.
Les 30 compétences consomment un peu de points de courroux (similaire à une jauge de magie) et vous pourrez en intégrer 4 dans le menu rapide.
Comme dans le premier opus, il sera possible de prendre la forme de chevalier de l’apocalypse (sous les traits d’une faucheuse) pendant quelques instants, cette capacité nécessite d’abattre un certain nombre d’ennemis avant d’être rechargée, elle est toujours bien pratique contre les monstres les plus coriaces.

Les combos sont toujours présents ainsi que les « finish moves ». Le compteur de mort est toujours là, plus vous ferez de morts, plus vos coups seront puissants, en revanche si vous tardez à tuer, le compteur se réinitialise.
La monture est disponible dès le début du jeu (contrairement au premier opus), bien pratique lorsque vous devez effectuer un long trajet. En plus du cheval, Death pourra demander l’aide d’un corbeau qui montrera le chemin à suivre, très utile également quand vous vous perdez dans les vastes donjons.
Afin de briser la monotonie des phases de hack'n slash, il y a aussi des niveaux dans lesquels vous pourrez récupérer des armes de jet, l’action se mue en jeu de shoot bien plaisant.

En ce qui concerne les commandes à proprement parler, il n’y a pas grand-chose à leur reprocher. Le GamePad et la manette Pro sont très agréables d’utilisation malgré la quantité d’actions possibles. Seul bémol les sauts, il est parfois difficile de savoir où se placer, la faute à une caméra mal située. Vos cabrioles terminent alors dans le vide.
À noter que le GamePad sert bien évidement pour jouer off TV, mais on aurait aimé en plus que les commandes tactiles facilitent la gestion de l’inventaire par exemple.

Autre point non négligeable : la durée de vie de Darksiders 2. Elle est supérieure au premier opus, car le titre est sorti sur Wii U avec 3 DLC dont la tombe d’Argul qui est une aventure à part entière.
À propos de la quête principale elle est déjà conséquente, environ 15h de jeu. Certaines énigmes donneront vraiment du fil à retordre. Les plus méticuleux chercheront les meilleurs objets à travers toute la carte et essayeront de finir les missions secondaires proposées (qui sont relativement intéressantes, mais n’apportent rien au scénario principal).
Enfin le titre dispose d’une forte rejouabilité, on pourra toujours changer la difficulté pour plus de challenge et/ou refaire l’aventure en choisissant d’autres compétences dans les deux arbres proposés.

Les Plus

+ La réalisation atypique
+ L'aspect RPG très prononcé
+ Les DLC inclus
+ Bonne durée de vie

Les Moins

Le scénario assez quelconque
Les combats monotones
GamePad peu utilisé

Graphismes 15/20

On est très loin des standards des jeux Nintendo et ce n’est pas plus mal ! L’univers créé par Joe Madureira est assez atypique à la fois sombre, riche et diversifié. La version Wii U est similaire aux versions PS3 et Xbox 360.

Jouabilité 16/20

On prend un certain plaisir à contrôler Death. Il est très agile dans ses déplacements et brutal dans les combats. Comme dans tous les hack'n Slash les joutes s’avèrent répétitives. Le GamePad ou la manette Pro procure un excellent confort de jeu, seuls les sauts peuvent poser problème de temps en temps. Pour ce qui est des fonctionnalités du GamePad elles ne sont pas pleinement exploitées.

Durée de vie 16/20

Avec une quête solo importante, des missions annexes et les DLC offerts, Darksiders 2 aura de quoi vous occuper un long moment. Avec son côté RPG clairement assumé, le titre offre également des possibilités de rejouabilité pour essayer de nouvelles compétences.

Bande son 16/20

Le doublage français est correct, la bande-son colle parfaitement à l’ambiance générale.

Scénario 14/20

Moins marquant que celui du premier volet. La quête personnelle de Death nous laisse un peu sur notre faim.

Verdict

Avec une nouvelle formule, les développeurs ont pris le risque de décevoir les fans du premier opus. Néanmoins Darksiders 2 possède toujours l’ADN de la licence et son côté RPG avancé le rend particulièrement attractif. Le jeu est une bonne pioche et est le bienvenu sur la Wii U en manque de titres de ce genre.

16
 Poster un commentaire (0)

Poster un commentaire

S'inscrireConnexion