Pochette
3DS

Cocoto Alien Brick Breaker

Développeur : Neko Entertainment | Éditeur : Bigben Interactive | Genre : Puzzle Game | Site web officiel
Sortie :🇪🇺 06/07/12
Par Joy Kreg, le jeudi 30 janvier 2014 à 19:28

En 1976 sortait une borne d'arcade qui allait faire le bonheur des cafetiers. En effet Breakout tout comme Space Invaders ont englouti des millions de pièces de 5 et 10 Francs dans des salles enfumées et ce bien avant l'échec de Radar Scope de Nintendo. Avec Cocoto Alien Brick Breaker, Neko Entertainment tente le croisement entre ces deux jouabilités ancestrales. Vérifions ensemble si l'adage discriminant « Les métis et les métisses sont les plus beaux » se vérifie ici.

Image

Cocoto Alien Brick Breaker vous propose donc de casser des briques, il n'y a pas là de quoi casser trois pattes à un canard. Vous vous voyez déjà, tel le joueur d'arcades de bar des années 80 qui tournait un bouton dans un sens puis dans l'autre, incliner le joystick de votre Nintendo 3DS pendant des heures, le regard empli de lassitude. Et vous allez regretter ce préjugé s'il vous était venu à l'esprit. Ce jeu est sorti en 2012 en support physique avant d'être mis à disposition des joueurs en téléchargement via l'eShop en décembre 2013. Il se devait donc d'apporter des nouveautés par rapport à un casse-briques traditionnel. Dans un mélange entre Breakout (1976) et Space Invaders (1978), Cocoto Alien Brick Breaker vous impose de refléter sur un petit bouclier les tirs des aliens (les Xiliens) pour les détruire. Contrairement à un casse-briques classique, ce n'est pas votre bille qui sert de projectile et contrairement à Space Invaders, ce ne sont pas vos tirs qui détruiront les Xiliens. Plus vous réussirez à refléter les tirs des Xiliens, plus votre puissance de feu sera conséquente. Mais pour maintenir cette puissance de feu, il faudra des réflexes rapides. Par ailleurs, la principale innovation de gameplay vient de la possibilité d'effectuer de petits sauts pour intercepter les billes un peu plus haut dans la zone de jeu. C'est un apport stratégique important puisqu'il devient possible d'intercepter plusieurs billes successivement sur la trajectoire d'un seul saut, de sorte que certaines billes qu'il aurait fallu cueillir en faisant demi-tour peuvent être renvoyées vers les monstres plus tôt donc plus vite. Tout le jeu consiste alors à se placer au bon endroit, suffisamment vite et en réalisant un bon saut. Les options classiques d'un casse-briques seront présentes comme la plate-forme élargie pour rattraper plus facilement les billes ou une option de tir vertical façon « shoot them up » . On peut aussi apprécier le dédoublement des billes au contact de Cocoto, l'option qui convertit les billes en foudre, l’accumulation de billes pour pouvoir les tirer par cinq, l'aimant à billes pour les garder collées au bouclier et encore d'autres items qui viennent enrichir la jouabilité.

Image

Et il valait mieux que la jouabilité soit améliorée et agréable car côté graphismes, ce n'est pas merveilleux. Si l'ensemble est agréable à regarder, on est très loin de la débauche d'effets visuels. Les effets de lumière sont quasi-inexistants. Les tirs des extraterrestres sont certes variés mais jamais ils ne simulent la persistance rétinienne avec une jolie traînée réussie comme la Nintendo 3DS peut en générer et les rares explosions sont loin d'en mettre plein les mirettes. La patte graphique est sobre, bien trop sobre. La faible animation des décors de fond n'a d'égale que le minimalisme des mouvements des Xiliens. Heureusement les décors des cinq planètes à défendre sont assez variés et que tout le jeu est fluide. La mise en page des menus est par contre carrément dépouillée et statique. Ce qu'il y a de plus agaçant au fond, c'est que le boss est toujours le même. Alors autant c'est amusant dans Sonic de toujours casser la tête du Docteur Robotnik dans les formes variables de son vaisseau, autant c'est barbant à force de toujours rencontrer la même sphère contenant un Xilien qui tire un peu différemment à chaque apparition. Et pourquoi diable Cocoto n'est-il pas dans l'écran du bas ? Pourquoi l'aire de jeu ne se déploie-t-elle pas sur les deux écrans ? Pourquoi tout est si rigoureusement aligné sur un plan et ne sort jamais en 3D vers le joueur ? Pourquoi les spécificités de la Nintendo 3DS sont-elles finalement si peu utilisées ? Tout n'est pas à jeter à l'eau car l'aspect n'est pas rebutant, le design est agréable et plutôt destiné à la jeunesse, au fond Cocoto est un peu mignon. Et la bande-son est cohérente avec cette ambiance visuelle. Les bruitages sont bons à l'exception des explosions qui semblent sorties de la bouche d'un enfant asthmatique. Sans être percutants ni utiliser les subtilités du son stéréo, les thèmes accompagnent agréablement le joueur. Réduite à peu de choses, la mise en forme du jeu n'est pas exemplaire. Elle n'est pas un obstacle au plaisir du jeu car elle est tout de même suffisante pour un jeu sur console portable. Mais les qualités du titre sont ailleurs.

Image

Trois modes sont disponibles, le premier, jouable dès la création de la sauvegarde, est le mode Histoire. Toutes les nouveautés et les items y sont disponibles. Dans ce mode il faudra défendre cinq planètes en repoussant les attaques des Xiliens dans une succession de niveau qui sera toujours la même. Trois niveaux normaux, un niveau bonus, trois niveaux normaux, un niveau bonus, trois niveaux normaux et enfin le boss. Il y a donc un total de soixante épreuves à la difficulté bien dosée et progressive. Le second mode se débloque au cours de l'histoire. Le mode Arcade est en fait un mode endurance, il faut affronter une infinité de vagues d'ennemis dans le seul but de marquer des points. Enfin le mode Classique est un retour aux sources du casse-briques puisqu'il y sera impossible de sauter ou même d'avoir plusieurs billes sauf grâce à l'item qui bloque la bille sur le bouclier. Il y a donc nombre d'épreuves à surmonter avant de tout débloquer. Dans chaque niveau du mode Histoire, il y a trois objectifs à remplir pour débloquer des trophées et plus de points pour obtenir des médailles. Bien qu'un peu court, le mode Histoire offre un challenge suffisamment difficile vers la fin. Il est une fonctionnalité facile à utiliser sur Nintendo 3DS : le Street Pass et Cocoto Alien Brick Breaker use du principe. En rencontrant des joueurs qui ont un score total inférieur à votre record vous pourrez récolter un jeton pour chaque mode de jeu et débloquer ainsi des trophées supplémentaires. Encore une fois, on peut regretter l'absence de modes multijoueur, local ou en ligne. Puisqu'un seul écran est exploité, il aurait été aisé de développer un mode deux joueurs où chacun voit le jeu de l'autre sur le second écran. Tout comme pour les graphismes et la bande-son, la construction du jeu et le level design sont efficaces sans être fabuleux. C'est un peu l'impression générale que donne le jeu d'ailleurs, cette impression de flotter entre deux eaux vous donnera l'étrange sensation d'un jeu ni court, ni long, ni beau, ni moche, ni facile, ni difficile.

Les Plus

+ un mélange des genres réussi
+ une jouabilité réussie
+ une rejouabilité honnète
+ parfait pour les "quick starters"

Les Moins

un manque d'exigence au niveau de l'enrobage
multi ? ... en ligne ? ... non ? ... tant pis !

Graphismes 11/20

Ils sont acceptables et cohérents avec le thème, sans trop de fioriture, la Nintendo 3DS peut faire beaucoup mieux que ça. Et surtout, avec ou sans 3D c'est presque pareil, est-ce normal ?

Jouabilité 15/20

C'est incontestablement le point fort du jeu, ce mélange de Breakout et de Space Invaders est une excellente idée, et bien exécutée.

Durée de vie 14/20

Comme pour un Tetris ou un Puzzle Bubble, elle peut être infinie si vous savez vous lancer des défis. Sinon, le mode Histoire risque de vous paraître un peu court.

Bande son 13/20

Les musiques sont un peu plus entraînantes que les graphismes ne sont beaux, mais certains bruitages sont vraiment dépassés depuis la génération 32 bits.

Scénario -/20

Mais pourquoi faire ?

Verdict

Cocoto Alien Brick Breaker est un mariage réussi entre deux vieilles licences des années 70. Son habillage est certes épuré mais après tout, lorsqu'on achète un jeu de casse-briques on sait à l'avance qu'on ne va pas y passer ses nuits. Parce qu'il est accessible et addictif pour un joueur de puzzle games, parce qu'il est idéalement construit pour des parties rapides et faciles à interrompre, ce jeu est tout désigné pour la route des vacances, pour un interlude entre deux parties d'un jeu plus prenant, ou pour le loisir de joueurs occasionnels qui peuvent avoir une vie prenante par ailleurs. Par ses caractéristiques et aussi parce qu'il est disponible à 19,99€ sur l'eShop ou en version physique, Cocoto Alien Brick Breaker trouvera sa place sur la console de ces familles qui jadis jouaient à des Tetris-like sur des consoles sans nom mais qui aujourd'hui jouent sur Nintendo 3DS.

13
 Poster un commentaire (3)
#1 Jeudi 30 Janvier 2014 à 20:16:44

Je ne connaissais pas du tout ce jeux 😅

#2 Samedi 10 Mai 2014 à 16:42:07

A la sortie de la DS mon père m'avait acheter cocoto kart au lieu de mario kart 😕

#3 Samedi 17 Mai 2014 à 00:39:36

La rage ...

Poster un commentaire

S'inscrireConnexion