Pochette
Wii U

The Wonderful 101

Développeur : Platinum Games | Éditeur : Nintendo | Genre : Action | Site web officiel
Sortie :🇪🇺 23/08/13🇺🇸 01/01/13🇯🇵 01/01/13
Par Lotario, le dimanche 10 novembre 2013 à 17:24

The Worderful 101 ! Un titre, développé par Platinum Games, qui faisait de l’œil à bon nombre de joueur depuis sa première diffusion par Nintendo lors de l’E3 2012. Annoncé comme un titre complètement novateur et ultra nerveux, tiendra-t-il réellement ses ambitions ? Ce jeu au final si énigmatique, parfois « confondu » avec un Pikmin-like, nous propose-t-il une réelle nouveauté ? Enfilez vos collants, on va aller vérifier ça de suite !

Image

Sūpā sentai shirīzu !

Alerte ! Alerte ! La terre est attaquée par une horde d’extraterrestres prêts à tout pour nous détruire. Mais pas de panique, une équipe de protecteurs composée de 100 héros cachés sur toute la planète veille sur nous : Les Wonder 100 ! ! !
Ainsi, vous incarnerez en particulier l’un d’entre eux, Wonder red, afin de progresser au fil de l’aventure. Il est secondé par des compagnons tels que Wonder Blue et Wonder Green, sans oublier la pétillante Wonder Pink. Il est évident que l’ambiance est typique de l’univers des Sentaï avec un humour et une légèreté bien assumés.
Vous pourrez donc vous préparer une équipe de 100 supers héros afin de faire face à la menace que vous affrontez. Tout ce qui fait la force de cette « Team » c’est bien l’uniformisation. Mise en avant comme élément central du gameplay, elle permet à votre équipe de se matérialiser en objet tant pour le combat (Poing, Epée, Pistolet…) que pour le franchissement (Pont, Echelle, Deltaplane).
Petite chose amusante au passage, vous pouvez prendre un « leader » par type d’uniformisation, alors rien ne vous empêche de contrôler un autre Wonder que Wonder Rouge pour utiliser le coup de poing (et qui ne sourirait pas à se voir manipuler un Wonder Bière ou un Wonder Toilette ! ! ! ).

Image

Alors, ce fameux Gameplay ? L’uniformisation !

L’uniformisation est donc la grande nouveauté annoncée par ce titre. Et nous sommes forcés de constater que la prise en main de ce jeu est très particulière. Le titre est en fait très nerveux, il faut être autant observateur que réactif. Les prises de décisions doivent se faire en une poignée de seconde suivant l’action. Les combats reposent en quelque sorte sur le principe de pierre-feuille-papier. Chaque uniformisation est efficace sur un type bien particulier d’ennemi et il faudra parfois les enchaîner lorsque les ennemis se font nombreux et diversifiés à l’écran. De plus, l’équipe peut se protéger ou esquiver, ce qui rend le gameplay encore plus subtil. Toutefois, il se passe parfois tellement de choses à l’écran qu’il peut sembler difficile d’y voir clair dans ces moments-là et on se contraint à tenter un peu au hasard certaines actions. Mais une fois la bête maîtrisée, on enchaîne actions et figures avec une telle dextérité que tout en devient grisant. La puissance de vos attaques dépend aussi du nombre de Wonder que vous impliquez dans votre uniformisation ce qui fait varier l’aspect de vos armes tel le pistolet qui devient un bazooka.
Il y a quelques phases à bord du vaisseau amiral des Wonder que vous pilotez tout en tirant sur vos ennemis ou boss. Les phases sont plutôt réussies, mais la manœuvrabilité dudit vaisseau est quelque peu approximative à mon goût et pas assez nerveuse comme l’est le reste du titre. Quand bien même, l’ambiance y est excellente et l’action n’en demeure pas moins dense.
Puisqu'on évoque ici les boss, attendez-vous à des combats épiques et survoltés où il faudra un peu de pratique pour ne pas voir votre équipe voler régulièrement en éclat. Encore une fois, lorsque le pattern de ceux-ci sera maîtrisé, vous aurez alors un sentiment d’accomplissement bien mérité.
Afin de peaufiner le gameplay, vous pourrez acheter des capacités à la base afin d’améliorer votre équipe ou lui apprendre de nouveaux coups/mouvements.

Image

C’est comment dire… Très coloré ! ! !

Le jeu est donc très coloré. Revenons sur ce qu'on disait au début, il assume complètement son univers et évidemment au travers de ces graphismes. Les personnages sont en quelque sorte en SD (Super Deformed pas petite définition ! ! !), ce qui leur donne un aspect très cartoon/comics. Le style est aussi bien typé de l’univers, les bâtiments tout comme les véhicules terrestres sont dans un mix futuriste & années 30 qui a un certain cachet. Techniquement le jeu n’est pas une claque c’est sûr, mais ce n’est clairement pas son but. Malgré tout, il reste très beau et agréable à l’œil. Le jeu assure une très bonne fluidité même lors des moments très denses.
Les musiques quant à elles accompagnent bien l’action du moment. Un combat épique, une musique épique. Et vous sentirez que vous êtes en repos ou sursis lorsqu’une mélopée bien plus calme et reposante viendra caresser vos oreilles.
Le jeu vous tiendra en haleine plus d’une dizaine d’heures en première phase. Il bénéficie d’une bonne "re-jouabilité", ne serait-ce que pour trouver les objets cachés. Mais au-delà de cette recherche, il faut surtout prendre conscience que nous sommes dans un jeu d’arcade et pour ainsi dire, ce qui prime, c’est le scoring. Pour les amoureux de ce concept, à vous le challenge de décrocher des médailles en platine (platinium ? ) sur chaque mission de la campagne et pourquoi pas vous essayer au mode mission. Ce mode, n’est en fait qu’un mode défi vous demandant de combattre des vagues d’ennemis.

Graphismes 14/20

Le travail de l’équipe de Platinium Games est excellent, un jeu au style original et décalé qui s’assume. Malgré ses bonnes intentions, on sent bien que ce jeu ne fait pas cracher ses tripes à la Wii U. Mais, il faut lui reconnaître la cohérence de l’univers et l’effort artistique fourni par le jeu sans oublier sa grande fluidité et sa netteté.

Jouabilité 15/20

La note la plus compliquée à attribuer à mon sens. Le soft bénéficiant d’un gameplay très particulier et exigeant, beaucoup risquent de s’y casser les dents. La persévérance (de courte durée d’ailleurs) permettra de prendre pleine possession de la bête et ce petit effort sera récompensé par une démonstration grisante de ses propres capacités en temps de joueur. Et comment ne pas saluer cette originalité (prise de risque) qui fait tant défaut de nos jours ?

Durée de vie 13/20

La durée de vie devrait être le point noir de ces Wonderful. Même si l’action est très intense, ces dix petites heures nous semblent maigres. Ceci dit, tout est relatif, pour un jeu misant tout sur l’action (qui est à la limite du beat them all) ce n’est pas si peu que ça. La "re-jouabilité" est certes présente mais ne convaincra que les amateurs de scoring.

Bande son 16/20

Des musiques très entraînantes qui donnent envie d’action, elles sont donc très bien composées. Il manquerait juste un générique pour ces héros en collant. Les bruitages sont aussi parfaitement adaptés et les doublages en anglais sont très bons (notons au passage le doublage en japonais disponible).

Scénario 13/20

L’histoire est plutôt linéaire bien qu’elle fasse parfois intervenir quelques rebondissements que l’on pourrait voir arriver de l’horizon. On aura un sentiment de sympathie plus qu’autre chose pour cette histoire qui demeure classique et naïve. L’humour permet en revanche de passer un bon moment à écouter ces héros complètement décalés.

Verdict

Comment aborder cet ovni vidéoludique ? Offrant un concept bien à lui et un gameplay très exigeant, ce titre risque d’en rebuter certains. Pourtant, on prend vite conscience de sa richesse après quelques heures de jeu et on y trouve un vrai plaisir. Il apporte un vent de fraîcheur dans le monde vidéo-ludique. Son univers très particulier et original ne convaincra pas tout le monde mais il est absolument à prendre au second degré. Vous avez entre les mains un titre à l’ambiance très Japonaise. Si je devais le classer, il serait le Xenoblade des jeux d’action dans sa constitution, nous sommes donc en présence d’un vrai J-Game. (jeu typiquement japonais).

15
 Poster un commentaire (0)

Poster un commentaire

S'inscrireConnexion