Pochette
Wii U

Super Mario 3D World

Développeur : Nintendo EAD | Éditeur : Nintendo | Genre : Plateformes
Sortie :🇪🇺 29/11/13🇺🇸 22/11/13🇯🇵 21/11/13 | Multijoueur : 4 joueurs en local
Par Joy Kreg, le jeudi 20 mars 2014 à 05:02

2013, une mauvaise année pour les ventes de Wii U. La faute reviendrait à l'absence de jeux sortis sur la sixième console de salon de Nintendo. Pourtant 2007 a été une année tout aussi désertique en termes de sorties de jeux sur Wii, qui se vendait pourtant certains mois plus vite que Nintendo ne parvenait à fabriquer son ancienne console. La ludothèque ne fait donc pas tout. D'autant qu'il n'était pas interdit de s'éclater sur Toki Tori 2+, New Super Luigi U, Mass Effect 3 Edition Spéciale, Monster Hunter 3 Ultimate, Pikmin 3, Rayman Legends, Duck Tales Remastered ou Assassin's Creed 4 : Black Flag, sur Wii U, en 2013. La communication compte donc beaucoup. Et de l'aveu de Nintendo, la communication entourant la sortie de la Wii U a été désastreuse. Alors que fait Nintendo pour reprendre la main et promouvoir son nouveau et innovant matériel de salon ? C'est simple, Nintendo sort un jeu à l'effigie de Mario. Grossier rattrapage aux branches avec une licence vendeuse ou bon jeu proposé au public en toute honnêteté ?

Nintendo charrie, le chat rit

La présentation de ce nouveau Mario a suscité de vives critiques de la part de la presse spécialisée comme des joueurs. Et pour cause, présenter Mario dans un costume de chat constitue un formidable pied de nez à tous les joueurs qui reprochent à la série Mario d'être « Kawaii ». Il n'y a là pourtant aucune nouveauté. Après les costumes de grenouille, de pingouin et de raton-laveur dans des jeux pour certains jugés excellents à l'unanimité, Nintendo réussit donc à surprendre la communauté près de trente ans après la sortie de Super Mario Bros sur NES. En plus d'être un choix logique qui s'inscrit dans la série des jeux Mario, le costume de chat s'inscrit également dans la culture Geek. Une culture qui s'est amplement élargie ces dernières années avec l'implication d'une population toujours plus grande dans les forums et réseaux sociaux. Dominique Faruggia (de la troupe comique « Les Nuls ») en son temps disait qu'on pouvait faire n'importe quoi d'un chat, ce chat serait toujours un objet comique. Il voulait bien entendu parler de virtuellement martyriser un chat. Une activité qui peut être hilarante tant qu'elle reste imaginaire. Mais ce qui a émergé des internets ces dernières années, c'est un amour inconditionnel de nos chères petites bêtes à poils, ce qui est infiniment préférable. L'animal gagne donc beaucoup en popularité avec les décennies qui passent. Nintendo l'a très bien compris et fait bon usage d'une garde-robe toujours plus étendue pour le plombier le plus célèbre du monde. Car en plus d'arborer fièrement un costume intégral de chat, Mario a fait l'objet du plus grand soin dans le développement du gameplay et des visuels en rapport avec son pelage félin. On s'aperçoit très rapidement que la démarche du chat est bien retranscrite et les capacités offertes à Mario sous cette forme apportent un vent de fraîcheur sur la jouabilité. S'il y a une part d'opportunisme dans le choix du chat, il est excusé tant la mise en forme qui l'entoure est brillante et inspirée.

Le chat-grin des Libellas et l'aventure chat-rmante

Il serait aisé de se réjouir de ce que la princesse Peach soit du côté des héros en action. En effet après la bévue que Nintendo a commis en ouvrant la chaîne Youtube la plus contestable du monde du jeu vidéo, voir Peach libre, active et efficace pourrait donner l'impression d'un équilibrage plus flatteur en faveur des femmes. C'est peine perdue puisque sept fées, les Libellas, se sont faites enlever. Si l'on peut comprendre que Mario ait tant à cœur de sauver sa dulcinée, il n'est pas nécessaire que toutes les victimes soient du sexe féminin. L'une d'elles pourtant surgit d'un tuyau transparent fraîchement réparé par Mario et Luigi, alors qu'ils se promènent sous un feu d'artifices avec Toad et Peach. La malheureuse a tout juste le temps de demander secours et se fait aussitôt capturer par Bowser. C'est sans la moindre hésitation que nos quatre samaritains plongent tête la première dans le tuyau. Ces gens ne cesseront donc jamais d'être formidables. Voilà tout ce petit monde parti pour un voyage semé de mille embûches. Mais sur les mille embûches, peu se révéleront finalement insurmontables. On est en effet très loin du challenge relevé proposé par Super Mario Bros : The Lost Levels (présent dans Super Mario All Stars Edition 25° Anniversaire) ou de certaines étoiles de Super Mario Sunshine. Les niveaux dévoreurs de vies sont très rares et très inégalement répartis dans le jeu. Il faut s'armer de patience et courir la lande pendant des heures avant de trouver un niveau qui brutalement joue le rôle de pur « die'n retry », bloquant tout joueur épris de vitesse ou quelque peu négligent. Telles la grippe saisonnière ou la crevaison, ce type de niveaux vous immobilise et vous frustre. Il est surtout le symptôme d'une erreur de composition dans la courbe de progression de la difficulté, ces niveaux étant plutôt attendus vers la fin du jeu. Mais cet agacement n'est pas à même d'aveugler le joueur car force est de constater que le « level design » de Super Mario 3D World, contrairement à celui des productions récentes de la même licence, sert parfaitement le rythme de la petite histoire.

Tu aimes le chat, le chat item

Il est un élément clé dans tous les très bons jeux de plates-formes que Nintendo n'a pas toujours su exploiter avec brio dans les New Super Mario Bros sur Wii et Wii U. Cet élément est la capacité que doivent avoir les items trouvés de modifier le gameplay de multiples façons. Cela tombe bien car chez Nintendo on conçoit mal que si longtemps après l'invention des jeux de plates-formes, un item ne serve qu'à faciliter la vie des joueurs bien que de tels items existent toujours dans Super Mario 3D World comme la fleur de feu. De nos jours, l'item se doit d'inciter joueuses et joueurs à prendre des risques pour atteindre un objet bonus qu'il n'est pas possible d'obtenir autrement, un rôle que tiennent parfaitement le bloc-hélice ou le bloc-canon. L'item se doit également de permettre au joueur de prendre une route différente. Le costume de Mario-Tanooki permet de planer un peu plus loin que lors d'un simple saut réalisé sans costume mais le costume de chat, lui, ouvre bien des routes car il permet à Mario de grimper aux murs, de plonger vers le bas en ligne droite à 40° de l'horizontale et donc d'atterrir plus loin. Il peut en outre actionner des mécanismes qui feront jaillir des plates-formes ou pousser des collines à grimper à coups de griffes. Comme une partie de « La Bonne Paye » qui tourne bien lors de nos jours pluvieux préférés, Super Mario 3D World cultivera votre amour des espèces sonnantes et trébuchantes, du numéraire, du pognon, du flouze, du pez, des tunes, des ronds, des picaillons. Et dans ce domaine aussi, les items vous procureront un bonheur (factice) puisque le bloc-pièces revient dans cet opus accompagné de la carapace dorée qui laisse une traînée de pièces derrière elle en crachant également des pièces jusqu'à ce qu'elle rebondisse pour alors seulement cracher des pièces qui sont comptabilisées sans besoin de les ramasser. Bien que très cosmétiques, ces deux items complètent une palette d'items sans égale et novatrice.

L'héritage trentenaire des chats-peliers

Depuis 1999, le plus vibrant hommage que Nintendo se fait à lui-même est jouable à travers la série des Super Smash Bros, la véritable encyclopédie de ce que Nintendo a pu faire ces quarante dernières années. Super Mario 3D World s'en inspire pour évoquer les Super Mario ancestraux. Ainsi les feux d'artifices qui explosent lorsque vous finissez un niveau dépendent du chiffre de l'unité de temps restant au moment où vous avez touché le drapeau, comme dans Super Mario Bros (NES). Avec sa structure de niveaux, subtil mélange de phases à défilement latéral et en profondeur, Super Mario 3D World peut également revendiquer une affiliation particulière. En effet il y a bien longtemps de cela, Yoshi's Story sur Nintendo 64 était le précurseur d'un genre de jeux de plates-formes hybrides dits à cette époque en 2D et demi. Il se trouve que Super Mario 3D World est un magnifique porte-étendard du genre. D'ailleurs la 3D relief étant absente de ce jeu, si Super Mario 3D World ne se voulait pas l'héritier de Super Mario 3D Land (3DS), son titre serait abusif. La musique épique et orchestrale ainsi que l'étendue de certains niveaux pourraient bien faire vibrer les amoureux de Super Mario Galaxy (Wii). Mais la paternité la plus marquée revient à un autre Super Mario. Si je vous dis que certains éléments de décor de la mappemonde du « royaume Champignon » se dandinent au rythme saccadé de la musique, que les niveaux à défilement imposé sont intenses et difficiles, qu'en sortant d'un tuyau en souterrain vous pouvez faire une chute vertigineuse et rencontrer des lignes de pièces, vous comprendrez qu'on tient là le fils spirituel de Super Mario Bros 3 (NES), avec cependant un défaut mineur qui pourra frustrer les joueurs les plus chevronnés. Ce Super Mario Bros 2,5D World, ce Super Mario Galaxy 0.5, ce Super Mario Bros 3 (presque) bis est globalement facile. Facile et inégal, voilà un écart qui fait que Super Mario 3D World trahit ses trois papas les plus proches. La perfection ne répond donc pas toujours favorablement aux invocations.

La griffe de l'artiste

Les récompenses pleuvent sur le titre pour de bonnes raisons. La presse l'acclame, les joueurs l'adorent déjà. Bien entendu Super Mario 3D World regroupe les qualités citées ci-avant mais il parvient avant tout à éviter le terrible écueil dans lequel les trois précédent New Super Mario Bros (sur Wii, Wii U et 3DS) s'étaient vautrés tels les trois petits cochons dans la boue du minimalisme des jeux un peu trop vite terminés mais certainement pas aboutis. Si ces titres ont des qualités certaines, elles ne sont ni graphiques ni sonores. Mais pour Super Mario 3D World qui surclasse ses prédécesseurs de si loin, Nintendo semble avoir sonné la fin de la récréation pour les créatifs qui ont visiblement été priés de réviser leur cahier des charges à la hausse. Le résultat, sans être à même de décoller les rétines, soulèvera bien des paupières tant les visuels ont été particulièrement soignés. Shigeru Miyamoto (créateur génial des univers de Mario, Zelda, Kirby, Pikmin), aidé d'un pixel shading très performant, s'amuse des jeux d'ombres dans des passages qui révèlent à contre-jour la silhouette de Mario dans son costume de chat. Les effets sur la surface de l'eau réfléchissant la lumière et le scintillement éblouissant du soleil des jours de grand beau temps inspirent l'admiration. Il n'y a point de fausse note sur la partition visuelle qui sert admirablement bien le souci du détail et la palette de couleurs chatoyante présents partout dans le jeu. Le sol mouillé par la pluie et les gouttes d'eau ruisselant sur l'écran révèlent une Wii U capable de beaucoup de très belles prouesses rendues possibles par la pleine maîtrise de la Full HD. Que ceux qui ne peuvent s'empêcher de chanter les musiques de Mario tout en jouant se rassurent, l'enrobage sonore, à l'instar de celui de Super Mario Galaxy (Wii), multiplie le plaisir transmit par les yeux et les mains. La transposition aquatique des musiques est un classique désormais mais elle est maintenant progressive avec l'immersion des oreilles de nos quatre héros. Super Mario 3D World ambitionne d'éveiller vos sens.

Les Plus

+ les effets de lumière
+ le foisonnement chromatique
+ l'intelligence du level design
+ la pertinence des items
+ des musiques très entraînantes

Les Moins

un peu trop facile
un peu rigide pendant les sauts

Graphismes 18/20

Certaines surfaces sont planes et peu décorées. La Wii U fera mieux mais c'est déjà très beau.

Jouabilité 17/20

D'où vient cette étrange rigidité qui ramène toujours les joueurs vers les huit directions de base ?

Durée de vie 17/20

Facile à terminer mais il faudra du temps pour collecter toutes les étoiles et tous les tampons, atteindre les sommets des drapeaux.

Bande son 19/20

Richesse des compositions, clarté de l'ensemble, jamais agaçant, le son est très bon.

Scénario 14/20

C'est un jeu de plates-formes, l'histoire ne sera jamais aussi riche et complexe que dans Tales Of Symphonia (GameCube).

Verdict

En 2014, c'est bien la Wii U qui propose la ludothèque la plus intéressante. Ce 29 novembre 2013, Nintendo a offert à la communauté des joueurs un excellent jeu de plates-formes comme il en sort rarement sur ses propres consoles et comme il n'en sortirait quasiment jamais sur les autres supports sans le travail des développeurs indépendants. Super Mario 3D World, qui sera suivi de près par Mario Kart 8 et Super Smash Bros, ouvre le bal des hits en puissance et lance le coup en trois bandes qui permettra à la Wii U de trouver son large public. Une fois de plus, entre amis, en famille, seul, en couple, Super Mario 3D World propulse les joueurs dans un monde merveilleux, aux visuels surprenants, aux musiques rythmées et entraînantes, où chacun joue comme il en a envie, pour un plaisir sans cesse renouvelé. Que vous l'achetiez ou qu'un proche vous le prête, il convient de comprendre maintenant l'importance de ce jeu et d'avoir le bon goût d'y jouer pour avoir le privilège dans bien des années, de faire partie de ceux qui auront su en profiter et qui l'évoqueront, avec nostalgie. Super Mario 3D World est immanquable.

17
 Poster un commentaire (0)

Poster un commentaire

S'inscrireConnexion