Pochette
NGC

Summoner 2 : La déesse réincarnée

Développeur : Deep Silver | Éditeur : THQ | Genre : A-RPG | Site web officiel | Physique uniquement
Sortie :🇪🇺 11/04/03
Par Slippy, le jeudi 30 décembre 2021 à 16:22

Alors que le premier opus de la série Summoner était sorti que sur PC et PS2, la GameCube a eu droit au second épisode, rebaptisé La déesse réincarnée pour l'occasion.
Voyons ci la console cubique de Nintendo possède là son meilleur RPG.

Image

Si on fait un petit bon en arrière, à l'époque de la Nintendo 64, on s'aperçoit sans mal que la console possédait très peu de RPG, un comble quand on sait qu'on était pendant l'âge d'or du RPG japonais et que la Super Nintendo en avait de très nombreux, et de qualité, dans sa ludothèque.
Le support cartouche a malheureusement été un inconvénient, puisque les développeurs préféraient les CD pour pouvoir incorporer les scènes cinématiques, entre autres.

Avec la GameCube Nintendo a rectifié le tir, et propose avec un hardware puissant et le support mini DVD. Les développeurs vont s'engouffrer dans la brèche et vont proposer leur RPG, dont certains seront des hits en puissances (Baten Kaitos, Skies of Acadia, Tales of Symphonia, Phantasy Star Online).
Le titre concerné ici est un action RPG occidental crée par les Américains de Volition, Summoner 2 est donc le second jeu de la firme en matière de jeux de rôle.

Le premier Summoner sorti sur PC et PS2 était donc un coup d'essai pour le studio. Une première plutôt réussie si on se fie aux critiques. Si le jeu ne révolutionne pas le genre, il est relativement intéressant pour les amateurs de ce type de jeu.
Le deuxième Summoner emboîte le pas au premier en proposant une nouvelle histoire, et de nouveaux personnages.

Le deuxième volet arrive donc un peu plus tard sur GameCube et est renommée pour l'occasion "La déesse réincarnée". Par rapport à la version PS2, la version Nintendo change un peu par rapport à son homologue Playstation.
Si vous commencez par la version GameCube, ne vous inquiétez pas par rapport à l'histoire, puisque Summoner : La déesse réincarnée n'est pas la suite directe de Summoner, les deux jeux se passent à des "époques" différentes.

Image

D'ailleurs en parlant du scénario, le postulat de base est plutôt simple à comprendre, mais au fil du temps on s'aperçoit que l'histoire va très vite s'éparpiller en une multitude de sous quêtes. À telle point que vous allez très vite perdre le fil de l'aventure si vous n'êtes pas ordonné ou si vous arrêtez le jeu pendant quelques jours et que vous le reprenez.
C'est sans doute un point important par rapport à l'attractivité du titre. L'histoire ne va pas forcément plaire à tout le monde, Summoner possède un univers qui lui est propre certes, mais on aurait préféré que les développeurs étendent plus le pitch principal que les multitudes de missions annexes qui perturbent un peu le joueur dans son cheminement.

Nous incarnons principalement Maya, reine d'Halassar, dont le destin est, selon le livre des prophètes, de devenir la déesse Laharasah réincarnée. Sur votre chemin vont se dresser les armées d'Urath et le roi de Galdyr combattant pour mettre un terme à cette prophétie. Maya à l'aide de ses alliés devra surmonter bien des épreuves pour accomplir sa destinée.

D'un point de vue de la réalisation la version GameCube a subi quelques modifications par rapport à la version PS2, notamment sur le character design. Les visages sont beaucoup moins cubiques, donc plus agréables à voir. Mais concernant les décors et les environnements, les graphismes sont quasiment les mêmes.
Difficile de faire l'éloge des graphismes de Summoner : La déesse réincarnée, même si les lieux sont très variés et colorés, l'environnement manque de vie ; on a largement vu mieux sur GameCube.
Si la réalisation est moyenne, au moins le jeu ne souffre pas de ralentissement ou d'aliasing, heureusement !

Rien à signaler sur l'environnement sonore, les doublages sont corrects mais les musiques sont plutôt quelconques. Dommage, les RPG se dotent généralement de belles musiques, et ce n'est pas le cas ici.

Image

Concernant le gameplay, Summoner est un action RPG. Dans ce genre de jeu, les phases de jeu sont répétitives puisqu'il faut enchaîner les ennemis pour augmenter de niveau.
Le titre ne fait pas exception et vous allez passer votre temps à "farmer" pour "upgrader" vos personnages.
Au début vous contrôler que Maya mais très rapidement vous allez enrôler d'autres personnages jouables. Votre équipe sera composée au maximum de trois personnages que vous choisirez en début de niveau.
À tout moment dans le niveau vous pouvez switcher entre les 3 personnages que vous aurez choisis.

Évidemment chaque individu a ses propres caractéristiques dans ses attributs, les armes et armures utilisées ainsi que ses pouvoirs spéciaux. Certains seront plus fort dans les attaques aux corps à corps, d'autre plus à l'aise avec la magie ou les soins.
La clé du succès est de faire une équipe mixte et surtout de faire progresser tous les personnages (9 jouables) car ils ont tous un rôle important à un moment donné dans l'aventure.

Summoner est un véritable RPG dans sa construction. On améliore ses personnages, on les équipe en arme et armures, on récupère divers objets qui ont une utilité précise (parchemin de sort, par exemple), chaque personnage que vous incarner est unique du fait de ses caractéristiques et ses stats.
Cependant on se rend compte à la fin du jeu que ce côté RPG est finalement peu élaboré. On aurait vraiment aimé plus d'items que ce soit pour se défendre ou pour attaquer. Il y a très peu de coffres à ouvrir le long de votre parcours et les ennemis sont assez radins au niveau du loot !
Par exemple, avec Maya vous pouvez faire la quête principale en changeant seulement 2 fois d'armes ! Il y a bien des boutiques qui vendent des armes mais leur prix est excessif.

C'est vraiment dommage que l'aspect RPG soit finalement assez limité, le jeu aurait gagné en qualité si les développeurs avaient élaboré un titre plus consistant.

En général les RPG ont une grande durée de vie. Pour ce qui est de Summoner 2 ce n'est pas forcément le cas. Le jeu peut se terminer en une quinzaine d'heure en ligne droite. Point positif pour les méticuleux les quêtes adjacentes sont très nombreuses, elles prennent même plus de temps à accomplir que la quête principale, seul bémol elles ne sont pas toute très intéressantes.

La réelle difficulté réside sans doute dans la puissance de certains ennemis et boss, surtout si vos personnages ne sont pas assez préparés ou ne sont pas au niveau. Dans ce cas-là, les affrontements seront laborieux voire pénibles. Une fois encore, on aurait aimé que Volition développe plus la campagne principale que d'augmenter artificiellement la durée de vie en accentuant la difficulté à certains passages.

Dernière déception, mais assez importante, il n'y a pas de mode multijoueur. Une coopération dans l'aventure aurait rendu le jeu plus intéressant à faire.

Les Plus

+ Un vrai RPG
+ Genre peu commun sur GameCube
+ Beaucoup de chose à faire pour les joueurs consciencieux

Les Moins

Réalisation passable
Scénario qui s'éparpille
Pas de multijoueur
Côté RPG pas assez profond pour les puristes

Graphismes 13/20

Peut mieux faire ! La réalisation est assez poussive, sommaire. Le character design s'en tire un tout petit mieux, mais l'ensemble reste moyen.

Jouabilité 14/20

Elle reste relativement correcte, hormis quelques problèmes de caméra occasionnels. Le gameplay de ce style de jeu reste toutefois très répétitif.

Durée de vie 14/20

Il y a beaucoup de quêtes secondaires, mais la mission principale s'étale sur une quinzaine d'heure. Et il n'y a pas de multijoueur…

Bande son 12/20

Le jeu est intégralement en français, le doublage est convenable, mais les musiques passent inaperçues.

Scénario 13/20

Si l'histoire qui sert de toile de fond est compréhensible et se suit avec intérêt, on est très vite perturbée par la multitude de quêtes annexes qui viennent se greffer dans le scénario principal. Ça part en peut dans tous les sens.

Verdict

Summoner 2 n'est pas le meilleur jeu de rôle de la GameCube. Il appartient à un genre qu'on a l'habitude de voir sur PC, ce qui en fait un point d'attraction. Dommage que la qualité du titre soit lésée par des défauts qui rendent le jeu inabordable pour certains (graphismes moyens, scénario alambiqué).

14
 Poster un commentaire (0)

Poster un commentaire

S'inscrireConnexion