Pochette
Wii U

Star Fox Guard

Développeur : Nintendo en collaboration avec Platinum Games | Éditeur : Nintendo | Genre : Mini-jeux
Sortie :🇪🇺 22/04/16🇺🇸 22/04/16🇯🇵 21/04/16
Par Ryfalgoth, le samedi 30 avril 2016 à 19:10

Pour ceux qui suivent l'actualité vidéoludique depuis l'E3 2014, le nom de Project Guard ne vous est pas inconnu. Arborant un gameplay asymétrique prometteur associé au concept du tower defense, Shigeru Miyamoto a eu la bonne idée d'y associer la licence au renard afin d'accompagner la sortie de Star Fox Zero. Star Fox Guard mérite-il plus de considération qu'un simple projet ?

Image

Gameplay à deux... euh douze écrans

Fraichement embauché par Grippy Toad (l'oncle de Slippy), vous avez pour mission de protéger les bases minières de l'entreprise Corneria SÀRL des attaques robotiques. Pour ce faire, vous avez accès depuis votre écran de contrôle à 12 ProtÉcran, des caméras capables de dézinguer du robot. Sur votre téléviseur s'afficheront donc les 12 écrans en mosaïque avec au centre celui depuis lequel vous pourrez tirer. Vous l'avez compris, le Gamepad est au coeur du gameplay puisque vous pouvez changer de caméra en en sélectionnant une. Mais vous pouvez également les déplacer sur la base ou changer leur orientation rapidement avec le stylet. J'ai d'ailleurs à ce propos un regret concernant la maniabilité des caméras. Il est tout de même assez amusant que dans Star Fox Zero on nous impose le gyroscope alors qu'ici il est absent. Il n'est pas non plus possible de régler la sensibilité des sticks.

Avant chaque mission, une estimation du nombre d'ennemis et de leurs emplacements est affiché sur le Gamepad afin de pouvoir disposer calmement ses armes avant le combat. On peut alors se dire qu'il est bienvenu d'avoir un aspect stratégique dans Guard. Hélas cet aspect s'effondre un peu lorsqu'on se rend compte après une défaite que l'apparition des robots ainsi que leurs routes sont complètement prédéfinies. Ces robots sont d'ailleurs divisés en deux catégories, à commencer par les attaquants qui devront être tous éliminés afin d'accomplir la mission. Bien entendu ce sont également eux qui détermineront votre échec s'ils atteignent le générateur au centre de la base, et ils avanceront de diverses manières, furtivement, par voie aérienne ou en se déplaçant rapidement. Les perturbateurs quant à eux peuvent être épargnés mais useront de tous les moyens pour dégommer vos caméras. Au final le bestiaire est composé de vingt-six boîtes de conserve différentes, ce qui est honorable, mais pas fou non plus. Le jeu comporte également des boss à la fin de chaque monde.

À la fin de chaque niveau, vous gagnez une quantité de bon minerai en fonction de vos scores. Grâce à cela, vous pouvez débloquer de nouvelles caméras qui auront chacune un effet particulier. Je ne vous cache pas que l'une des plus efficaces est la Chronocam qui permet de ralentir le temps. Je vous recommande également la Multicam pour abattre les robots ayant un bouclier, car la frappe viendra des airs. Cependant je m'attendais à un système d'amélioration un peu plus poussé avec pourquoi pas la possibilité d'augmenter la puissance ou la cadence de tir des caméras.

Super Star Fox Maker

Tel un certain jeu mettant en scène un plombier, Star Fox Guard comprend un éditeur de niveaux. Enfin pas tout à fait puisqu'il n'est possible de créer que des troupes. Pas question de pouvoir créer sa propre base. Pour accéder à cette fonctionnalité (et oui, j'ai dû chercher pour tomber dessus...) il faudra vous rendre dans le mode aventure (logique), puis sélectionner le niveau souhaité afin de pouvoir soit créer sa troupe soit affronter celles des joueurs du monde entier.

Créer une troupe signifie choisir quels robots apparaîtront à quel endroit et à quel instant. Cela peut faire penser un peu à un logiciel de montage audio ou vidéo et c'est sur le Gamepad que vous allez travailler. Chaque "piste" représente en fait un emplacement et sur chaque emplacement vous allez choisir à quel instant faire apparaître votre robot. Vous pouvez également déterminer s'il aura un trajet direct ou non, trajet que vous pouvez simuler puis observer sur l'écran principal. Bien entendu vous êtes limités en nombre et ne pouvez placer qu'un certain nombre de robots offensifs et perturbateurs. Bien entendu, vous ne pouvez pas non plus tous les déployer à la fois. À vous de réfléchir donc avec quelles dispositions vous pourrez ennuyer le plus vos adversaires afin d'atteindre le coeur de leur base. Vous pouvez bien entendu affronter les troupes de vos amis ou d'un joueur aléatoire. Il est également possible d'entrer l'identifiant d'un niveau en particulier.

Image

Les robots sont-ils beaux ?

Répondons immédiatement et fermement à cette question : non, Star Fox Guard n'est pas beau. Mais alors pas du tout. Alors oui les graphismes ne font pas un jeu, m'enfin tout de même, un effort aurait pu être fait... Le jeu reprend donc le moteur de Star Fox Zero. Mais contrairement à son aîné où on bouge dans tout les sens et vers plein d'horizons, ici on doit se taper les mêmes quelques environnements. En voyageant à bord d'un Arwing, avec le mouvement on ne voit pas forcément la misère, par contre quand vous devez vous taper des plans fixes sur l'herbe toute dégueulasse, ça pique. Il est assez risible aussi de constater que les 12 écrans en miniature sur la télévision tournent littéralement en 2fps, vraiment.

Les musiques ne sont pas très folichonnes non plus. On retrouve quelques thèmes récurrents de la série remixés. Le thème de fanfare lorsque l'on finit un niveau est assez insupportable. Mention spéciale au massacre du thème principal de Star Fox à la fin du jeu où on peut entendre par dessus le thème une boîte à rythme digne des soirées les moins branchées à coup de BOUM BOUM. La voix de Slippy Toad aura également le mérite de vous taper sur le système, et ce n'est pas forcément dû à la voix française car l'américaine est du même niveau.

Il m'aura fallu sept heures en comptant les missions spéciales pour en venir à bout, ce qui est acceptable pour un jeu à quinze euros. L'aventure principale est en plus d'être relativement simple, assez répétitive. Les missions spéciales (tirs limités, ennemis géants, commencer avec une seule caméra, etc) permettront de pimenter et varier les parties.

Les Plus

+ Très bon concept
+ Utilisation du Gamepad intelligente
+ Bestiaire intéressant
+ Durée de vie honorable

Les Moins

Réalisation hideuse
Musiques à oublier
Peut s'avérer répétitif
Visée non règlable

Graphismes 6/20

Comme dit plus haut, c'est moche. Si vous jouez aux jeux vidéos pour les graphismes, oubliez Star Fox Guard.

Jouabilité 15/20

On ne peut que se réjouir d'un titre qui utilise le Gamepad, surtout lorsque c'est fait intelligemment. Il s'agit bien entendu du point fort du jeu. Naviguer d'écrans en écrans est très intuitif. Étrangement il n'y a pas de gyroscope pour la visée.

Durée de vie 14/20

Sept heures pour ma part afin de terminer toutes les missions du jeu (il y en a une centaine). C'est plutôt honorable pour un jeu de petite envergure. L'éditeur de niveaux permet de rallonger un peu la durée de vie, même si ce n'est rien de fou non plus.

Bande son 9/20

Les musiques sont peu nombreuses. La plupart se laissent à peine entendre, à l'exception du thème de fanfare extrêmement pénible. Les effets sonores quant à eux sont bons.

Scénario -/20

On incarne un employé de la société de minerage de Grippy Toad et on doit faire face à des envahisseurs robotiques. On apprend plus tard qui se cache derrière ces attaques. N'étant pas du tout un point crucial de ce jeu, je ne notterai pas le scénario.

Verdict

Star Fox Guard est donc avant tout un très bon concept basé sur une utilisation intelligente du Gamepad. Certes le jeu est hideux et l'ambiance musicale n'aide pas, mais je dois avouer m'être plutôt amusé avec ce titre. Cependant vous devrez impérativement accrocher au concept rapidement, dans tel cas vous risqueriez de fortement vous ennuyer au vu de la répétitivité du titre. L'éditeur de niveaux n'est pas mauvais mais il n'apporte pas suffisamment de fraîcheur. Star Fox Guard est sympa mais semble toujours souffrir d'un statut de "projet".

12
 Poster un commentaire (0)

Poster un commentaire

S'inscrireConnexion