Pochette
Switch

Payday 2

Développeur : Overkill Software | Éditeur : Starbreeze | Genre : FPS/Action | Site web officiel
Sortie :🇪🇺 23/02/18🇺🇸 23/02/18 | Multijoueur : 4 joueurs en local, 4 joueurs en ligne
Par Slippy, le jeudi 8 mars 2018 à 04:14

Payday 2 est un FPS sorti sur ordinateurs et consoles de salon en 2013. Le jeu propose de participer à des braquages en incarnant un personnage masqué dans une équipe de quatre. Entre infiltration et fusillade sur les forces de l'ordre, le titre proposant une ambiance unique et est de retour sur Nintendo Switch. A l'instar de Skyrim, le portage sur la nouvelle console de Nintendo est-il réussi ?

Image

Incarner un braqueur de banque (ou autre lieu) est une idée assez farfelue, mais dans les jeux vidéo rien n'est impossible ou presque. Si le principe est tentant, on pourrait penser que ce dernier est limité et que le jeu allait inévitablement tourner en rond. Ce n'est pas le cas, Payday 2 est toujours très populaire, car le soft propose un contenu très étoffé, qui s'est amplifié avec des mises à jours.
Le titre de Starbreeze Studios et Overkill Software a su convaincre la critique grâce à son système de jeu grisant. Le jeu a renforcé son aspect préparation et discrétion par rapport au premier Payday.
Ajouter une part d'imprévus qui peut survenir et une très bonne communauté (5 millions de joueurs sur PC), Payday 2 est indéniablement une réussite. Le seul point vraiment négatif pointé du doigt est la réalisation surtout sur consoles.

La venue sur Switch semblait donc une bonne chose, cela allait renforcer la ludothèque de jeu adultes et de titres de qualité. Mais malheureusement, le résultat n'est pas forcément à la mesure des attentes.


ImageImageImage
Image

Si Payday 2 n'avait pas brillé pour ses graphismes, notamment sur PS3, on aurait pu penser que les développeurs allaient réaliser au moins une petite amélioration à ce niveau là. Certes on s'attend pas à une réalisation haut de gamme comme sur un PC puissant, mais se retrouver avec les mêmes défauts qu'en 2013 peut déplaire à certains joueurs réceptifs à des graphismes plus en lien aux standards actuels.
En mode « docké » les textures sont moyennes et l'aliasing est bien présent, cela saute aux yeux, même en 1080p. Sur la tablette en 720p, c'est cependant tout de suite plus agréable, pas d'aliasing à foison (il est présent, mais très discret). Payday 2 n'est donc pas une claque visuelle, mais au moins le jeu tourne correctement sans ralentissement, l'ensemble du portage est plus que convenable.

Il faut se contenter dans tous les cas d'un framerate à 30 fps assez stable (il y a de légères chutes, mais c'est rare et anodin).
Par contre ce qui peut altérer l'expérience de jeu c'est à cause d'une caméra très dynamique, qui bouge légèrement lorsque le joueur se déplace. Cela déstabilise quand on commence à jouer, mais on s'acclimate au fur et à mesure.

L'autre point qui est délicat concerne la jouabilité. L'achat d'un pro controller n'a jamais été autant conseillé. Effectivement si vous n'avez que les Joy-Con, vous allez en baver ! Pour une fois ces manettes exclusives à la Switch ne sont pas pratiques.
Lors des précédents tests nous avions déjà évoqué la petitesse des Joy-Con, qui, au bout du compte ne sont pas adapté pour le type de jeu qu'est Payday. C'est assez laborieux, même lorsque ces Joy-Con sont attachées à la console ou sur le grip.

Sur le controller pro, en revanche, c'est tout de suite plus plaisant. De manière générale, quelque-soit la façon de jouer, on constate des problèmes de précision, on a parfois beau tirer en plein dans le mille, rien ne se passe : on gaspille beaucoup de munitions à essayer de tuer un policier alors qu'il se trouve en face de nous… Frustrant ! De plus, aucun réticule n'est disponible (afin d'accentuer le réalisme, au détriment de la jouabilité).
L'aide à la visée est relativement rigide, un simple support du gyroscope autoriserait davantage de liberté dans la visée. Si Doom l'a fait ce n'est pas pour rien.

ImageImageImage
Image

Heureusement pour Payday 2 il a bien d'autres atout à faire valoir. Le premier est avant tout son ambiance très enivrante. Le fait de pouvoir cambrioler, faire des braquages est très jubilatoire.
Les développeurs ont mis en place un système unique pour chercher des missions : crime.net, un réseau criminel où toutes les « tâches » sont proposées. Il y a de tout : braquage de bijouterie, vol d'armes d'une bande rivale, intimidation… Chaque épreuve, proposée aléatoirement, possède une difficulté qui lui est propre avec une somme d'argent en récompense. Bien sûr, plus le défi est difficile (plus d'épreuves dans une seule et même mission, plus de flics, etc.) et plus le pactole est grand.

La force de Payday 2 est de proposer un énorme contenu, la version Switch est d'ailleurs bien lotie.
Le jeu a accueilli depuis ces années un paquet de contenu additionnel sur les autres plateformes, et la plupart de ces items sont bien présents dans cette version Switch. La plupart oui, car il en manque, même si c'est largement suffisant, c'est un peu dommage.
Les objets servent à personnaliser son personnage avec un masque, des armes, des accessoires (même pour les armes), qu'il faut acheter entre les braquages.

La durée de vie est conséquente, les missions sont globalement variées. Des arbres de compétences sont disponibles pour améliorer les capacités du braqueur, dont une branche inédite axée sur le hack. Payday 2 sur Switch introduit Joy, un nouveau personnage spécialisé dans le piratage et vêtu d'un masque à LED. L'ajout est sympathique pour ceux qui aiment l'infiltration.

S'il est en théorie possible de jouer à Payday 2 en solo, l'IA qui gère les autres personnages est nullissime, et gâche le plaisir de jouer.
Le problème est le même du côté de la police comme des braqueurs contrôlés par l'ordinateur. Les personnages ignorent les couverts naturels et s'accroupissent devant les portes ou sur la route, quand ils n'interrompent pas subitement leur course pour tirer sur une cible qui n'existe pas. Les braquages en « 100% furtif » sur PC avec l'IA relèvent déjà de l'exploit, mais sont purement et simplement inenvisageables sur Switch.

Le titre est surtout pensé pour être fait en coopération en ligne ou en local. Dans ce dernier mode, les joueurs jouent chacun sur leur machine, mais c'est surtout le mode en ligne qui est intéressant. Le matchmaking est plutôt rapide, l'écran tactile permet de se déplacer sur l'interface de Crime.net plus aisément qu'avec un joystick, tout est presque parfait, jusqu'au moment où la partie se lance.

On en vient au défaut repris par toutes les critiques : il n'existe aucun moyen de communiquer avec ses partenaires en jeu. PayDay 2 étant un jeu qui repose en très (très) grande partie sur la communication, l'absence de chat vocal directement intégré sur Switch représente un énorme manque par rapport à ses homologues.
Du coup l'aspect tactique est très compliqué. Entre quiproquos, incompréhensions, et coéquipiers qui font capoter la mission, s'aventurer dans une partie avec des inconnues s'avère laborieux.
Certes si vous avez des amis (hors local) vous pourrez toujours palier à cette absence avec des logiciels comme Skype ou Discord.

En attendant une décision officielle de Nintendo à ce sujet ou l'intégration directe de PayDay 2 à l'application Nintendo Switch Online, on aurait aimé pouvoir donner quelques indications (même sommaires) aux autres joueurs pour assurer le bon déroulement d'une mission.

Cette adaptation de PayDay 2 sur Switch nous laisse perplexe. La console de salon portable n'est pas faite pour accueillir des jeux qui demandent une constante communication à cause de son absence de microphone, d'où la question de légitimité de ce portage.
D'autant plus que PayDay 2 a gardé les défauts des précédentes versions (ps3 et xbox360) au point de vue de la réalisation.
A cela, s'ajoute également une jouabilité pas évidente. Ce qui sauve PayDay 2 d'un marasme, c'est la très belle durée de vie et un système de jeu très accrocheur si on passe outre les défauts cités précédemment.

ImageImageImage

Les Plus

+ Un concept toujours aussi captivant
+ Un contenu ample

Les Moins

Réalisation potable mais datée et pas optimisée
Une jouabilité au Joy-Con très laborieuse
L'absence de chat vocale

Graphismes 14/20

L'ensemble est convenable, les joueurs sur Switch conscients des spécificités du hardware ne cherchent pas forcément des graphismes qui épatent. Le jeu qui péchait dans ce domaine en 2013 n'as pas bénéficié d'un travail de revalorisation.

Jouabilité 13/20

La taille réduite des sticks analogiques des Joy-Con n'aide pas vraiment les joueurs, un défaut que les développeurs ont tenté de compenser avec l'introduction d'une aide à la visée qui s'avère trop bancale. Préférez la manette pro aux Joy-Con.

Durée de vie 17/20

Avec PayDay 2 vous allez pas vous ennuyer, de nombreuses missions vous attendent.

Bande son 16/20

Réussie dans son ensemble, que ce soit pour le doublage ou les morceaux de musiques.

Scénario -/20

Payday 2 ne présente pas de scénario mais plusieurs contrats à choisir via le réseau « crime.net », qui recense toutes les sortes de missions disponibles.

Verdict

Si le jeu aurait été exclusif à la Switch, on aurait passé outre les nombreux défauts de PayDay 2 car le concept même du titre est accrocheur. Malheureusement la version de Nintendo est la moins aboutie, pour une fois, des autres variantes vendue à moindre coût. La faute à une très mauvaise optimisation du titre de la part des développeurs. Dommage !

13
 Poster un commentaire (2)
#1 Jeudi 8 Mars 2018 à 04:34:40

Du coup ça m'a bien refroidie pour le prendre, dommage il me tentait bien ce jeu!

#2 Jeudi 8 Mars 2018 à 15:25:05

Je ne comptai de toutes façons pas le prendre, mais c'est clair que c'est un portage à oublier… Un peu comme Rime, même si ils ont eu le mérite d'essayer d'améliorer un peu ses soucis via une mise à jour 🙄

Poster un commentaire

S'inscrireConnexion