Pochette
NGC

Freedom Fighters

Développeur : IO interactive | Éditeur : Electronic Arts | Genre : Jeu de tir/Third Person Shooter/Tactique | Physique uniquement
Sortie :🇪🇺 25/09/03 | Multijoueur : 4 joueurs en local
Par Slippy, le jeudi 30 décembre 2021 à 16:30

Quelques semaines après avoir accueilli Hitman 2 Silent Assassin, la GameCube reçoit un deuxième cadeau de la part de IO interactive au nom de Freedom Fighters, un jeu d'action à la troisième personne. Même si le soft est beaucoup moins attendu que Hitman, la licence phare du développeur danois, il n'en reste pas moins un titre de qualité et inestimable sur la machine 128 bits du plombier.

Image

Les meilleurs développeurs ne se situent pas tous au Japon ou aux États-Unis. La preuve en est avec IO interactive, studio européen, plus particulièrement danois. À défaut de sortir une multitude de licences, l'entreprise se concentre sur une ou deux licences, notamment le jeu d'infiltration Hitman dont les jeux dépasseront le million d'exemplaires vendu.

Sur GameCube, IO interactive sort en juin 2003 Hitman 2 Silent Assassin, puis peu de temps après cette nouvelle licence développé par la même équipe. Freedom Fighters n'est pas forcément attendu au tournant, pourtant à sa sortie il montre des qualités inattendues mais appréciées par les joueurs. Jeu multi plateforme, le titre aura néanmoins un succès confidentiel sur le cube de Nintendo, cela est dû sans doute au public familial visé par Nintendo, moins réceptif à des jeux mature et stratégique. Ce qui dommage au vu de l'agrément que procure le jeu !

Les développeurs se sont sans doute inspirés du film l'Aube rouge pour construire leur scénario. L'histoire nous place dans un monde où les Soviétiques ont pris le pouvoir dans toute l'Europe et ont sous leur influence la plupart du globe.
Seuls les États-Unis résistent à cette vague rouge. Mais voilà que l'armée russe commence à s'emparer de New York. Vous incarnez Christopher Stone, un simple plombier, qui va se retrouver malgré lui à intégrer un groupuscule de résistants les "Freedom fighters".

Même si le scénario est très manichéen et qu'on connaît forcément rapidement le dénouement, il se laisse suivre ne serait-ce que pour les cutscenes de journaux télévisés, qui, sous l'emprise russe, diffuse une large propagande communiste.
Quelques revirements dans l'intrigue maintiennent le joueur dans l’expectative, cependant l'histoire sera assez vite oubliée faute d'originalité.

Image

Concernant le jeu en lui-même, c'est un jeu de tir à la troisième personne classique (caméra derrière votre avatar). Plusieurs armes sont disponibles au fil du temps, là encore, rien d'extravagant (Pistolet, mitraillettes, fusil à pompes, grenades).
Là où le titre est intéressant, c'est qu'il intègre une partie stratégie, vous pouvez commander jusqu'à 12 combattants de la liberté et leur donner des ordres basiques (attaque, défense de position, repli), mais qui vous seront d'une grande utilité pour vous défaire des hordes des soldats russes.
Toutefois, au départ vous ne pourrez enrôler qu'un seul comparse, il faudra remplir une jauge qui, une fois complète, permettra de débloquer un autre allié. Comment remplir cette jauge ? Il suffit de remplir les objectifs et/ou de sauver vos compatriotes.

La campagne solo est divisée en plusieurs cartes qui représentent les quartiers de New York, dans chacune de ses cartes il y a jusqu’à 4 missions à faire pour boucler la map et passer à un autre quartier.
Les missions demandées vous demandent d'aller dans un endroit (caserne, cinéma, gare, etc.) et de réaliser des objectifs (délivrer des prisonniers, détruire un pont ou un héliport ennemi, infiltrer un bunker, etc.). L'objectif commun à toutes les missions sera de faire flotter le drapeau américain signe de votre réussite et de rébellion !

Les missions et objectifs sont assez variés pour ne pas tomber sous la routine. À noter qu'il n'est pas nécessaire de remplir certains objectifs pour terminer un niveau, seul le fait de planter le drapeau étoilé permet de finir le level.
Il ne vaut mieux toutefois pas faire l'impasse sur ces derniers, car ils octroient à la longue un nouveau Freedom fighter à utiliser pour vous prêter main forte.

Freedom Fighters est un titre plutôt agréable à voir. Les décors sont bien réalisés, mais comme pour beaucoup de jeux sur GameCube, ils sont très vides. Hormis le premier niveau où on voit des civils apeurés courir dans tous les sens, le reste du temps on croisera uniquement des soldats russes ou vos alliés. La réalisation est donc relativement convaincante, avec de grandes zones à explorer, mais manque un peu de vie.
Le character design des personnages (pnj) souffre d'un manque diversité.
En outre l'animation ne souffre pas de ralentissement même avec beaucoup de protagonistes à l'écran, les capacités de la GameCube sont assez bien exploitées.

Image

Même si les possibilités de gameplay ne sont pas non plus énormes, comment cela se traduit une fois la manette en main ? Le résultat est plutôt mitigé.
Freedom Fighters est un jeu de tir à la troisième personne (caméra derrière le héros), le lock sur les soldats adverses se fait automatiquement, on peut donc se déplacer et tirer en même temps. Cependant il existe également une aide à la visée en maintenant la gâchette de gauche L. Dans ce cas on passe en vue objective style FPS.
On pourrait penser que cette fonctionnalité permettrait d’accroître la précision, malheureusement il n'en est rien. Le déplacement de votre personnage est alors beaucoup plus lourd et très inconfortable (même pour le fusil sniper). Les joueurs vont alors se passer de la visée pour n'utiliser que le lock automatique.

Dans le même registre négatif, on note également une caméra qu'il faut parfois régler soi-même, avec le stick jaune de droite, afin de bénéficier d'un meilleur point de vue.
Pour le reste le gameplay est bien optimisée. Christopher se dirige et se manipule bien. Le must reste la simplicité avec laquelle on contrôle son escouade. À l'aide des boutons Y, X et A on leur donne des ordres et il faudra appuyer autant de fois que nécessaire qu'il y a d'alliés.
Comme dit plus haut les trois consignes (attaque, repli, défense) suffisent amplement pour vous aider dans vos manœuvres militaires, d'ailleurs on ne voit pas comment on aurait pu attribuer d'autres instructions sans nuire à la fluidité de l'action.
En ce qui concerne la jouabilité, le choix des armes se fait par la croix directionnelle, et leur utilisation par la gâchette de droite.

L'I.A. en général est correcte, vos amis ou vos ennemis n'hésitent pas à se mettre à couvert, à contourner pour prendre à revers ou à balancer des grenades. Néanmoins on constate aussi que votre division vous suivra aveuglément même si vous allez volontairement jouer les kamikazes en traversant la ligne ennemie âprement défendu.

D'ailleurs si vous paramétrez le jeu dans le mode le plus difficile, il y aura un véritable challenge tant que la tâche sera ardue. Au contraire si vous paramétrez dans le mode le plus simple, il y aura aucun intérêt, car cette fois-ci le jeu sera trop simple.
Un défaut du titre est qu'il faut quand même trois voir quatre balles pour achever les belligérants, cela manque un peu de réalisme, surtout que face à vous ces derniers sont relativement omniscients et sans pitié !
Freedom Fighters est quand même dans l'ensemble assez accessible même pour les néophytes et surtout il est vraiment très prenant. La quête principale de reconquête de New York vous tiendra en haleine une dizaine d'heures qu'il sera possible de recommencer avec une difficulté accrue si vous y tenez.

En parallèle s'ajoute un mode multijoueur local jusqu'à 4 en écran splitté. C'est dommage qu'il soit limité au mode capture de drapeau, car même en étant très fun, ce mode est assez limité.

On dit souvent que la bande son joue un rôle important dans la qualité globale du jeu. Pour ce qui est de Freedom Fighters les musiques vont sans doute être la raison du pourquoi on va se souvenir du jeu. Jesper Kyd qui s'était déjà illustré sur Hitman récidive avec des thèmes grandioses. C'est un véritable plaisir à écouter la musique orchestrale qui accompagne magnifiquement l'action.
Le jeu est entièrement en français, le doublage est plutôt à la hauteur, même si on aurait aimé éviter les clichés de l'accent russe.

Les Plus

+ L'aspect tactique des combats
+ Commander jusqu’à 12 alliés très facilement
+ Bande son magistrale
+ Réalisation de bon calibre

Les Moins

Les possibilités de gameplay limité
La visée FPS épouvantable
Le multi joueur anecdotique

Graphismes 14/20

Ce n'est pas le plus beau jeu GameCube mais l'ensemble reste très convaincant. Les décors sont réussis mais manque un peu d'interactions. Le character design est sommaire sans être toute fois désagréable à l’œil. La version de Nintendo ne souffre d'aucuns ralentissements.

Jouabilité 13/20

Pour le déplacement ou le commandement de ses hommes, votre personnage réagira bien. Par contre le système de visée est un véritable handicape à tel point que les joueurs vont sans doute préférer tirer sans l'utiliser.

Durée de vie 13/20

Elle va dépendre comment vous allez aborder le jeu et à quel niveau de difficulté vous jouez. Grosso modo la durée de vie oscille entre 10 et 15 heures en solo. Le multi joueur est sympatrique mais trop peu développé pour qu'on s'y attarde des heures.

Bande son 18/20

C'est là où le titre tire son épingle du jeu. Les compositions sont exceptionnelles à telle point qu'on s’arrête de jouer pour les apprécier.

Scénario 14/20

Si le conflit entre les Américains et les Russes parait surfait, l'histoire est suffisamment intéressante pour se laisser suivre jusqu’au bout.

Verdict

Freedom Fighters est une bonne surprise sur GameCube. Le titre est original, bien réalisé et son concept est addictif. C'est dommage qu'il n'ait pas bénéficié de plus d’optimisation sur le gameplay. Le jeu des créateurs de Hitman est à conseiller si vous aimez le genre.

15
 Poster un commentaire (0)

Poster un commentaire

S'inscrireConnexion