Pochette
Wii U

Devil's Third

Développeur : Valhalla Game Studios | Éditeur : Nintendo | Genre : Action/Third Person Shooter | Site web officiel
Sortie :🇪🇺 28/08/15🇺🇸 01/01/15🇯🇵 04/08/15
Par Slippy, le dimanche 24 septembre 2017 à 04:44

Quelques fois, certains jeux vidéos nous laissent dubitatifs. C'est le cas de Devil's Third, véritable épouvantail dans la ludothèque plutôt familiale de la Wii U, mais également un titre dont la relative médiocrité et la polémique engendrée auront finalement été néfastes à Nintendo.
Fruit d'un accouchement difficile puis malmené par les critiques, Devil's Third a tout d'un naufrage mais étrangement ce n'est pas non plus un ratage total.

Image

Un développement chaotique...

A l'origine de Devil's Third il y a un homme : Tomonobu Itagaki, le créateur de Dead or Alive mais également de Ninja Gaiden (ceux sortis sur Xbox notamment). Lui et sa Team Ninja avaient produit des jeux de qualité.

En 2008, des désaccords avec la Tecmo (la maison mère) ont comme conséquence le départ de Tomonobu de la société. Ce dernier crée un nouveau studio avec des anciens la Team Ninja : Valhalla Game Studios.

Cette nouvelle équipe va plancher sur un nouveau jeu qui sera présenté au public pour la première fois lors de l'E3 2010 : nom de code Devil's Third, prévu à l'origine sur Xbox 360 et PS3.

Valhalla Game Studios a travaillé plus de 5 ans sur son premier titre, un développement perturbé par la faillite et la fermeture de THQ, puis par un changement de moteur graphique en plein milieu de son développement.

ll faudra attendre 2014 pour qu'il bénéficie du soutien de Nintendo et devienne par la même occasion une exclusivité Wii U, qui sortira en 2015 sur marché européen. On imagine la raison pour laquelle Nintendo a été intéressé par le projet : comme pour Bayonetta, le fait d'attirer un public plus mature était un objectif.
Malheureusement pour Devil's Third celui-ci est sorti en période de marasme sur Wii U et n'a pas forcément été une bonne pub pour la console. Pourtant le titre aura divisé les joueurs, certains ont même apprécié le jeu pour plusieurs raisons qu'on verra plus tard.

...qui laisse des séquelles.

Le retard accumulé n'augurait rien de bon. Une fois la version finale sortie, tout le monde s'est rendu compte que graphiquement Devil's Third tendait vers un jeu du début des années 2010, soit 5 ans de retard par rapport aux productions sorties en même temps. Ce n'est pas moche, ni de mauvais goût, mais la réalisation technique a du mal à supporter la comparaison avec des titres plus aboutis sur Wii U (Bayonetta 1 et 2, Xenoblade). Il est rare d'avoir des décors extérieurs, la plupart des niveaux se situent a l'intérieur, ce qui ne met pas forcément le titre en valeur.
Ce n'est pas non plus les ralentissements, les chutes de framerate, et les bugs graphiques qui font remonter la note.
Heureusement le level design des personnages a bénéficié de plus de soin, tout comme les cinématiques.
Un niveau (celui en Chine) est plus réussi, que ce soit artistiquement ou musicalement. Dommage que ça soit le seul. En parlant de bande-son, les doublages sont tout juste corrects et la musique n'est pas vraiment marquante.

On sent la volonté qu'avait les développeurs de construire un scénario avec des multiples rebondissements, de développer l'histoire et les relations des personnages. Néanmoins l'histoire est assez banale, avec une impression de déjà-vu.
Le problème vient surtout du fait qu'on aura du mal à s'identifier au héros, Ivan, véritable caricature à lui tout seul, qui mélange le physique de Vin Diesel et l'humour de Duke Nukem (en moins drôle). Quant aux personnages secondaires, également des clichés, aucun ne se démarque.

ImageImageImage
Image

Un jeu tout de même amusant

La bonne surprise de Devil's Third vient une fois la manette (ou le GamePad) en main. Le gameplay est simple, efficace et amusant.
Ivan, votre héros, est un guerrier polyvalent, autant capable de se servir d'un lance-roquette que d'un sniper, mais aussi habile au katana qu'en combat rapproché avec plus ou moins d'accessoires.
En terme de contrôles, c'est très simple : le stick de gauche vous permet de sprinter, celui de droite de glisser longuement pour vous mettre à couvert ou approcher un adversaire ; X et Y sont dédiées au corps à corps (à mains nues ou avec l'arme que vous portez), les gâchettes vous permettent de sortir vos armes, de viser et bien entendu de tirer.
Cette disposition des commandes vous permet de contrôler très facilement Ivan, vous n'êtes pas obligé de marquer de pause pour changer d'arme : très pratique lors de séquences de combats intenses.
La vue principale est derrière le personnage, mais le jeu se mue en FPS quand vous visez avec vos armes à feu pour encore plus d'immersion.

Nota bene : la manette pro est effectivement plus confortable et intuitive, mais si vous avez seulement le gamepad, ce n'est pas bien grave puisque la jouabilité avec la mablette est tout aussi intuitive et agréable.

A de nombreux moments, vous êtes libres de progresser prudemment en vous mettant à couvert pour dézinguer les ennemis à distance avec les armes à feu, ou foncer dans dans le tas et éventrer vos adversaires à l'arme blanche. D'ailleurs les armes de corps à corps vous permettront également de terminer vos ennemis grâce à des finish moves particulièrement gores mais qui se ressemblent tous.
De toute manière vous vous rendrez vite compte que l'affrontement frontal n'est pas vraiment la meilleure solution, étant donné que vous trouverez rarement un ennemi isolé. En revanche une fois qu'il reste deux ou trois belligérants, on peut se faire plaisir et découper en long et en large les pauvres assaillants.
D'autant que l'I.A. n'est pas un modèle du genre, loin de là, que ce soit alliés ou rivaux, les actions des PNJ sont assez basiques.

Vous trouverez sur le terrain de nombreuses armes à feu (fusils mitrailleurs divers et variés, sniper, fusil à pompe, lance-roquette, et j'en passe) et une certaine variété d'outils tranchants ou contondants (barre de fer, katana, ninjato, masse, khukri, hache...), qui là encore vous permettront de varier un peu votre façon de jouer et de faire couler le sang ! Devil's Third est un jeu particulièrement violent, très éloigné de la cible familiale généralement visée par les jeux Nintendo.

ImageImageImage
Image

Le gâchis du Online.

Le solo se terminant très vite (10 heures tout au plus), c'est tout naturel que les joueurs aillent se tourner vers le mode online qui était proposé.
Ce dernier est vraiment complet ! Vous proposant de nombreux modes de jeu (Match à mort par équipe ou chacun pour soi, capture du drapeau ou de la zone etc.)
La structure est assez classique mais plutôt complète : vous vous créez un avatar, qu'il conviendra d'équiper grâce à plusieurs formes « monnaies » existantes. Si l'on démarre dans le jeu avec un simple mitrailleur et une barre de fer, on a vite la possibilité d'acheter une arme secondaire et d'autres armes de corps à corps. Les vêtements que l'on porte influent sur diverses stats (vitesse pour dégainer, santé, résistance au feu, défense au corps à corps...). Et il y a tout de même un paquet de trucs à acheter !

Ce mode online est une sacrée surprise, pour le coup on ne s'attendait pas à une telle richesse. On peut même créer son alliance et participer au mode siège qui est une très bonne trouvaille. Le GamePad est d'ailleurs très bien utilisé, il sert à afficher la map, écrire des messages sur le chat, et avoir des infos sur les alliances.

Une fois les parties lancées, tout est fluide, les cartes proposées, bien que simplistes, offrent des terrains de jeux plaisants.

Malheureusement tout ce travail fourni par Valhalla Game Studio a été inutile. Tout d'abord étant donné l'échec commercial, il était rare de trouver ne serait-ce que 5 ou 6 joueurs pour une partie. Les rares aventuriers qui ont essayé le online ont vraiment galéré avant de rejoindre une partie, les temps d'attente étaient interminables, beaucoup de modes de jeux furent désertés.
Autre problème, si vous veniez de créer votre personnage et que vous vous lanciez dans les parties au niveau 1, vous vous retrouviez souvent avec des personnes avec des niveaux beaucoup plus avancés que le vôtre.
Les parties étaient vraiment très déséquilibrées puisque les hauts levels bénéficiaient de meilleurs armes et équipements, ils étaient presque imbattables. Il n'existait pas de matchmaking, comme sur Mario Kart par exemple, qui permet de jouer avec des adversaires du même niveau.
Pour couronner le tout, l'anti-jeu était le lot de la plupart des parties, les joueurs préférant utiliser les armes de jet (lance-grenades) pour terrasser immédiatement les concurrents.

Étant donné la désertion du mode online, les serveurs n'ont pas été ouverts longtemps et furent fermés au grand désespoir des rares connectés qui avaient joué le jeu et créer quelques alliances.

Devil's Third est une erreur de casting dans la vie de la Wii U, mais qui représente un peu l'échec de cette dernière. Nintendo a cru bon de donner sa chance à Tomonobu Itagaki en sauvant son soft d'une annulation. Cependant Devil's Third souffre d'une réalisation passable qui fut très critiquée. Le gameplay reste le point fort du jeu, c'est un bon défouloir !

Le titre s'adressant à un public averti (un jeu de niche), et la console s'étant peu vendue, la principale valeur ajoutée, le online, fut rapidement abandonnée. Il ne reste donc aujourd'hui que le solo, c'est-à-dire pas grand chose.

ImageImageImage

Les Plus

+ Jeu adulte
+ Gameplay simple et grisant
+ Action frénétique, sans temps mort
+ La diversité de l'arsenal

Les Moins

Réalisation très moyenne
Personnages caricaturaux, scénario sans grandes surprises
Mode solo famélique
Online fermé

Graphismes 13/20

C'est sûr que Devil's Third ne sera jamais la vitrine de la Wii U en terme de rendu visuel. Le soft accuse quelques années de retard, sans compter quelques anomalies graphiques qui assombrissent le tableau. Heureusement que l'action est trépidante ce qui fait un peu oublier ces mauvais graphismes.

Jouabilité 16/20

Devil's Third est très jouable que ce soit avec la manette pro ou avec le GamePad. C'est le point fort du jeu, le gameplay est simple, plaisant et agréable. Le jeu est un bon moyen de se défouler sans se prendre la tête.

Durée de vie 8/20

Très courte, 9 missions, 10h de jeux. Il existe plusieurs modes de difficulté mais pas sûr qu'on revienne sur le jeu une fois terminé. Le mode online n'existe plus alors que c'était vraiment l'élément intéressant du soft.

Bande son 13/20

Les personnages (et donc leur voix) sont stéréotypés, la musique n'est pas un élément mémorable non plus.

Scénario 13/20

Les développeurs se sont largement inspirés d'autres œuvres pour concocter le scénario de Devil's Third. Malgré ça et le fait que l'histoire des protagonistes est développée, on n'est pas vraiment accroché par les péripéties du héros auquel on ne s'identifie pas.

Verdict

D'emblée, il était difficile que Devil's Third trouve son public sur la Wii U, en effet le jeu est particulièrement gore et violent. Les difficultés rencontrées lors de son développement ont résulté d'une réalisation plus que moyenne, très critiquable. C'est dommage car le jeu est très divertissant une fois le pad en main. Faute de succès le online, pourtant très étoffé, fut fermé rapidement. Aujourd'hui Devil's Third n'a plus grand chose à proposer. Quel gâchis !

13
 Poster un commentaire (0)

Poster un commentaire

S'inscrireConnexion