Pochette
Switch

Bayonetta 2

Développeur : Platinum Games | Éditeur : Nintendo | Genre : Beat them all | Site web officiel
Sortie :🇪🇺 16/02/18🇺🇸 16/02/18🇯🇵 17/02/18 | Multijoueur : 1 joueurs en local, 2 joueurs en ligne
Par Slippy, le jeudi 1 mars 2018 à 05:49

A peine Bayonetta 3 divulgé, Platinium Games s'empressait de nous annoncer la réédition des deux premiers opus de la série sur Switch. Le but étant bien entendu de nous faire patienter jusqu'à l'arrivée d'une nouvelle aventure de la sorcière. Sorti en 2014, Bayonetta 2 nous avait subjugué par sa réalisation et son excellent gameplay, sa marque de fabrique. 3 ans plus tard, le jeu a t'il pris un coup de vieux ? Comment s'est passé le portage sur Switch ?

Image

Bayonetta 2 nous narre l'histoire d'une sorcière appelée Cereza. Elle est membre du clan Umbra, les gardiens des forces des ténèbres. Elle fait face aux forces de la lumière, le clan Lumen. Ces derniers sont déterminés à éliminer notre sorcière bien aimée.
Bayonetta et son amie Jeanne (une autre sorcière et sa plus proche amie) vivent donc en permanence sous la menace des anges qui veulent les détruire.

Désireuse de régler rapidement le sort d'un vilain boss, Bayonetta invoque un démon qui va se rebeller et porter un coup fatal à Jeanne alors qu'elle tentait de sauver Bayonetta. Elle dispose de vingt-quatre heures pour descendre en enfer et sauver l'âme de Jeanne qui repose désormais là-bas. Passé ce délai, son corps conservé par Rodin, trafiquant d'armes et tenancier du bar « Les Portes de l'Enfer », ne pourra plus être réanimé. En chemin, Bayonetta croise Loki, un jeune garçon doté de talents surprenants dans le maniement du pouvoir des cartes. Loki va jouer le rôle de guide et Bayonetta, l'œil gauche des ténèbres, va endosser le rôle de protectrice. Loki est poursuivi par les anges menés par Balder, le sage de Lumen déjà présent des les aventures du premier opus sorti en 2010 sur les consoles de salon de la génération précédente. Bayonetta va donc se dresser à nouveau contre Balder, l'œil droit de la lumière, mais cette fois pour aider son guide Loki.
Passé le début du jeu qui présente ce synopsis alléchant, force est de constater qu'une fois Bayonetta 2 sous les yeux et la manette dans les mains, l'éparpillement des idées laisse perplexe puisque ce n'est quasiment qu'à la fin que ces idées s'organiseront enfin pour donner du sens aux événements.

L'impression de ne pas savoir où va l'histoire se trouve amplifiée par la grande exigence du gameplay qui s'accapare toute l'attention avec l'enchaînement de nombreux boss et le désir insatiable de casser du Lumen à la chaîne. Bayonetta 2 est un excellent Beat Them All. Débridé et furieux, il oppose aux joueurs des ennemis angéliques allant de la petite chair à canon au boss imposant en passant par des ennemis plus violents et dangereux que la piétaille mais plus fréquents que les boss. L'envoûtement revient dans Bayonetta, permettant de ralentir le temps lorsqu'une esquive est validée au plus près du coup porté. Le cortège des techniques de combat fait aussi son retour diluant un peu la jouabilité avec de nombreuses manipulations parfois très ressemblantes.
Si vous optez pour cette version Switch, vous aurez 3 possibilités pour contrôler votre héroïne. La plus confortable reste la manette pro, mais les Joy-Con ne sont pas en reste. Ils délivrent une excellente maniabilité.
Enfin comme sur Wii U, il existe un gameplay 100% tactile, crée pour les néophytes, ce gameplay n'est pas le plus approprié pour ce genre de jeu, on ne vous le recommande pas.

ImageImageImage
Image

« Les Portes de l'Enfer » sont le quartier général de Bayonetta, elle peut y trouver des trésors de violence à la mesure de ses talents de sorcière. Les armes proposées par Rodin peuvent être portées aux mains comme une faux ou une sorte d'arbalète insectoïde. Certaines armes peuvent également être portées aux pieds, les lames et les lance-flammes/lance-glace une fois chaussés procurent aux joueuses et joueurs le plaisir de voir Bayonetta utiliser ceux-ci aux pieds en prenant des positions très sensuelles.

Muspelheim est l'autre endroit très fréquemment visité par Bayonetta. Elle y accède grâce à des cercles lumineux qui la téléportent sur le théâtre de combats spéciaux où des règles supplémentaires viennent corser une difficulté revue un peu à la baisse dans ce second titre. Bayonetta 2 choie son public dans les premiers niveaux de difficulté, première et seconde apothéose. Les modes troisième apothéose et apothéose infinie présentent un plus grand intérêt, obligeant les plus persévérants à rejouer le mode histoire pour doter Bayonetta d'un meilleur équipement.

Mais recommencer Bayonetta 2 ne demandera aucun sacrifice. C'est avec le cœur léger et les rétines encore imprégnées des plus belles images qu'une immense majorité de joueurs lancera la partie suivante tant le jeu est magnifique.
Les reflets sur les pierres humides et les sols mouillés, les effets de lumière et les auras entourant les anges, l'incroyable réalisme des entrailles d'un grand démon sont autant de preuves du grand soin apporté à la réalisation du jeu qui est très beau mais en plus très dynamique. Les décors seront torturés, déformés, gondolés, fracturés, retournés dans tous les sens. Plus encore que son aîné, Bayonetta 2 triture son level design et le rend évolutif pour offrir un spectacle encore plus impressionnant.
La version Swtich n'a pas du tout à rougir face à la version Wii U, bien au contraire, que ce soit en mode nomade ou en version console sur le dock, Bayonetta 2 se présente sous son meilleur jour : l'aliasing y est moins présent que sur Wii U et les décors sont plus nettes, bavent moins, le tout sans aucun ralentissements. le jeu tourne à 60 images par seconde sans faillir.

Image

La musique qui accompagne les scènes de combat, discrète, rafraîchissante , égaie les parties sans s'écarter du reste de la bande-son, elle aussi de haute qualité.
La durée de vie du mode solo est d'une grosse dizaine d'heure, bien plus si vous comptez tout débloquer (armes techniques), la version Switch conserve le mode double apothéose, un multi locale deux joueur, locale ou en ligne. Ce mode de jeu coopératif consiste à en découdre avec les ennemis dans des tableaux qui ne suivent pas l'histoire du jeu.

Évidemment Bayonetta est belle. Son esthétique a été retouchée pour révéler un bas du visage un petit peu plus fin et un menton qui paraît plus affirmé. Sa coupe de cheveux rafraîchie envoie le chignon aux oubliettes mais il reste encore assez de matière sur sa tête pour déchaîner des démons gigantesques et les apothéoses de l'Umbra, des attaques surpuissantes qui peuvent être déclenchées lorsque la jauge de perles de Lune est remplie. Bayonetta est également très coquette, avec sa panoplie de costumes nouveaux et très détaillée mais aussi avec des costumes très spéciaux provenant de l'univers de Nintendo.
Ainsi elle pourra revêtir la tenue de Peach, Daisy, Link, Samus Aran et Fox Mc Cloud. Son charme et le glamour transpirent de chacune de ses actions. C'est un baiser ensorcelé qu'elle envoie pour refermer les portails ouverts par les anges et une rafale en forme de cœur tirée aux pistolets qui dissipera les portails ouverts par les démons. Avec sa voix de femme fatale et des sucettes en guise d'objets de soin, toutes maniées avec malice et quelques clins d'œil pendant les cinématiques, Bayonetta charme sans peine son public bien plus aisément qu'une Lara Croft d'un autre temps. Avec des hanches larges et une poitrine qui n'est pas exagérée, Bayonetta s'éloigne du cliché racoleur de la jeune étudiante gémissant trois octaves trop haut à la seule vue d'un chaton. C'est au contraire l'image d'une femme forte, indépendante, féminine, sexy et violente si nécessaire que Platinum Games renforce avec ce second volet.
Cependant il est normal de considérer que l'atmosphère du soft ne fasse pas l'unanimité.

Bayonetta 2 est toujours ultra défoulant, altruiste et toujours aussi ravissant. Le soft demeure une référence. Rien n'est perdu en arrivant sur Switch. Mais en dehors des bonus évoquées plus haut, rien n'a été gagné non plus. Il y a bien les amiibo qui débloqueront des costumes et livreront halos (la monnaie du jeu) et autres bonus génériques (jusqu'à 32 figurines différentes à utiliser par jour) par palettes. Mais c'est tout. Vous ne trouverez ici rien d'autre que celui que vous avez déjà aimé en 2014.
Pour ceux qui n'ont pas eu la Wii U, Bayonetta 2 est découvrir à tout prix, avec comme autre argument imparable que le gameplay, le design et le contenu, la portabilité sur Switch permet d'emmener la dangereuse Cereza où vous le désirez.

ImageImageImage

Les Plus

+ Une claque visuelle
+ Un jeu technique mais abordable
+ Une référence des beat'em All

Les Moins

Simple portage
Les commandes tactiles
Pas de mode histoire en ligne à deux

Graphismes 18/20

Ils n'ont rien perdu de leur superbe. La réalisation est toujours flamboyante, l'animation sans faille. On constate même que l'aliasing y est moins présent que sur Wii U, que ce soit sur le petit écran de la Switch ou quand cette dernière est connectée sur téléviseur.

Jouabilité 18/20

Outre un gameplay tactile dispensable, la jouabilité avec les différentes manettes ne pose aucun problème. Malgré la complexité et l'exigence des contrôles, incarner Bayonetta n'a jamais été autant plaisant.

Durée de vie 17/20

Comptez entre 10 et 15 h pour finir une première fois le jeu. Pour bien équiper Bayonetta, il faudra le recommencer. Le mode deux joueurs Double Apothéose, en ligne seulement, lasse vite et ne permet pas de revisiter le mode histoire à deux.

Bande son 18/20

Sans le moindre incident, aucun fichier son de moindre qualité ne vient gâcher la fête. Les musiques soulignent parfaitement l'ambiance.

Scénario 14/20

Prometteur au début, délicieusement subversif à la fin, il est creux entre les deux, abyssal même. Cette perte de rythme arrive même à faire oublier Jeanne, prisonnière des enfers !

Verdict

4 ans après sa sortie initiale, Bayonetta 2 continue de nous enchanter. Sa sortie sur Switch va certainement lui apporter plus de visibilité qu'il en aura eu sur Wii U. Comme tous les jeux sur Switch, le fait de pouvoir jouer partout est l'intérêt majeur de cette version. La déception de l'absence de nouveauté n'entrave en rien le plaisir de se replonger dans une aventure palpitante, ou la découvrir le cas échéant.

18
 Poster un commentaire (0)

Poster un commentaire

S'inscrireConnexion