Divers

Retour sur 2015

Par Fry, le jeudi 31 décembre 2015 à 17:32

Comme à la fin de chaque année maintenant, nous vous délivrons notre retour sur l'année qui s'est écoulée. Ainsi, voici aujourd'hui notre dossier complet sur l'année 2015.

Ryfalgoth :

Pour cette année 2015, je vais donner mes impressions de manière chronologique.

Le premier grand événement de l'année fut la sortie de la New 3DS en février que j'ai pu obtenir dès janvier grâce à l'édition spéciale Ambassadeur. J'ai été plutôt satisfait du produit notamment par sa meilleure 3D stéréoscopique et sa plus grande rapidité dans les différents menus (navigateur internet et e-shop en particulier). Je me suis rapidement procuré plusieurs coques dont la coque Monado et la coque Majora's Mask qui sont magnifiques. Les différents jeux disponibles durant les six premiers mois de la nomade m'ont beaucoup plu, à savoir Zelda Majora's Mask 3D, Monster Hunter 4 Ultimate et Code Name S.T.E.A.M. (quoique, j'ai été moins convaincu par ce dernier). Ceux qui me connaissent sauront que j'ai également eu un coup de coeur en découvrant Xenoblade Chronicles en exclusivité sur New 3DS. Et c'est justement un point qui soulève une grosse problématique chez moi : la question des exclusivités sur la New 3DS, puisqu'il n'y en a eu aucune autre et qu'il n'y en aura sans doute jamais. Oui, j'ai voulu y croire. J'ai été naïf.

En revanche sur Wii U, le premier semestre s'est montré très paresseux. Je ne parlerai même pas de Captain Toad qui n'est pas selon moi un jeu de 2015. Mario Party 10 ne m'a pas intéressé du tout. J'ai esquivé poliment Kirby et le Pinceau Arc-en-Ciel en apprenant la grande facilité et la pauvre durée de vie du jeu. D'ailleurs, en parlant de cela, j'ai surtout été déçu par Yoshi's Wooly World qui en plus de ces deux défauts, garde un gameplay et un level design beaucoup trop classique 20 ans après le premier épisode. Heureusement le jeu est très joli et l'OST est fort sympathique. Mais aurais-je oublié un jeu ? En effet, j'ai retrouvé le sourire grâce à Splatoon ! Splatoon c'est un univers super attachant, une bande-son complètement délirante et surtout un gameplay au poil et très ingénieux. J'hésite d'ailleurs très sérieusement à le nommer "jeu de l'année".

Hélas, l'été a été bien plus compliqué chez Nintendo. Tout d'abord à cause d'un E3 très pauvre en annonce. Je ne vais pas redétailler mon avis sur l'E3 (je vous invite à relire notre dossier consacré à l'évènement). Pour résumer, Starfox n'est pas très joli, Metroid Federation Force a fait couler beaucoup de larmes, les quelques annonces de jeux pour la fin de l'année n'ont rien de transcendant, et surtout Nintendo a refusé de montrer quoi que ce soit de Zelda. Il est fort dommage que Nintendo ruine pour ainsi dire tous les efforts fournis depuis un an grâce à des jeux d'une grande qualité. Autre événement beaucoup plus tragique, ce fut la disparition de Mr. Iwata, Président en fonction à l'époque de Nintendo Co. Je ne reviendrai pas sur la tristesse que cela a engendré chez moi ainsi que dans l'ensemble de la communauté, mais il est certain que cette disparition entraînera de nombreux changements, notamment dans la communication de Nintendo.

Ce second semestre fut donc bien plus laborieux tant sur 3DS que sur Wii U. Devil's Third se révélera être une immense farce, tandis que les deux Animal Crossing et le Mario Tennis Ultra Smash furent la risée du jeu vidéo en cette fin d'année. Super Mario Maker est certes un bon titre, mais cela ne suffit pas à sauver les meubles. The Legend Of Zelda Tri Force Heroes est quant à lui à peine bon, Mario & Luigi s'avère sympathique mais trop classique, Xenoblade Chronicles X est d'une part un excellent jeu et d'une autre part discutable sur certains points, enfin Fast Racing Neo apporte un bon vent de fraîcheur sur nos Wii U. Autant il y a un an j'étais extrêmement fier d'aimer une firme qui m'apportait des jeux d'une grande qualité (Donkey Kong Country Tropical Freeze, Super Smash Bros 4, Bayonetta 2), alors que cette année j'ai presque honte lorsque je vois ce qui risque de finir sous le sapin de certains parents trompés par des jeux fades et dégoulinant d'amiibo.

Myster :

Nous y voilà, 2013, 2014 et maintenant 2015, voilà déjà notre troisième retour sur l'année vidéo- ludique qui vient de s'écouler.
Malheureusement, ce n'est pas de gaieté de cœur cette fois-ci, et pour cause !

Déceptions de l'année :

- Impossible de ne pas l'évoquer à nouveau, impossible de ne pas y penser, ce qui a (tristement) été un événement marquant de cette année dans l'univers vidéo-ludique, surtout pour Nintendo, il s'agit du décès du charismatique et bien connu Satoru Iwata, le PDG de Nintendo, en juillet.
Cette disparition n'est pas passée inaperçue, tous les sites Nintendo l'ayant reporté, et un certain nombre de fans lui ayant rendu hommage, chacun à sa façon (dessins, vidéos, poème etc).
L'absence du président s'est encore plus fait ressentir les mois suivants puisqu'il a fallu attendre le retour des fameux « Nintendo Direct » dont il est à l'initiative, et définitivement, le dernier en date l'a démontré plus que jamais, un « Nintendo Direct » sans M.Iwata et son célèbre et très repris « Directly to you », ce n'est plus qu'une partie de ce que c'était.
Bref, j'en finis là pour cette première « déception », les guillemets sont de rigueur étant donné qu'il s'agit en réalité de plus que ça, mais il m'était impossible de ne pas en faire mention.

- Ma deuxième très grosse déception cette année, l'E3 de Nintendo, il n'a vraiment pas été à la hauteur d'une conférence de cette envergure, absence de Zelda Wii U, un nouveau jeu Metroid qui s'annonce décevant, très peu d'annonces, bref nous étions plus dans un cauchemar que dans un rêve, et ça c'est sans compter sur une mauvaise présentation, les annonces s'enchaînant à la manière d'un diaporama qui mélangerait vos dernières vacances et la présentation d'une dissection issue d'un cours de SVT/biologie, je ne m'étendrai pas plus dessus, je vous renvoie au dossier à ce sujet pour en savoir davantage (http://www.nintendolesite.com/dossier-e3_2015_nos_avis-11.html).
Je suis d'autant plus déçu par celui-ci quand je pense que c'est celui qui clôture la carrière de Satoru Iwata.

- Ma troisième déception est en lien avec la précédente, il s'agit tout simplement du catalogue des sorties Wii U (et 3DS dans une moindre mesure), l'année 2015 aurait clairement dû être l'année de la Wii U, à mon avis l'année de la dernière chance, malheureusement ça n'a pas été le cas, Zelda Wii U n'a pas vu le jour, pas plus que Star Fox Zero, très peu de jeux « importants » cette année, et encore moins de nouveaux jeux prévus, j'ai dû mal à me le dire mais : « la Wii U c'est déjà fini ».

- J'aurais aimé m'en arrêter là, à mon grand désarroi ce n'est pas le cas, non !
Cette année a aussi été marquée par la poursuite de ce qui avait été entamé l'année dernière, les amiibo, peut-être vous demandez-vous où est le problème.
Il se trouve que c'est une idée de laquelle j'étais plutôt partisan à une condition, qu'elle ne soit pas surexploitée, et il ne me paraît pas exagéré de dire que c'est le cas, il y clairement beaucoup trop d'amiibo, en bien trop petite quantité au passage, plus que de nouveaux jeux, je me demande d'ailleurs si les bénéfices qu'ils ont générés ne sont pas supérieurs à ceux générés par les jeux Nintendo sortis cette année.
Bref, ce comportement me déçoit énormément de la part de Nintendo qui en use et abuse.

- Autre point qui va être très rapide, la présence ou plutôt l'absence des éditeurs tiers (hors indépendants) sur Wii U, je n'ai rien à rajouter à ce sujet, d'autant plus que c'est un point que j'avais déjà évoqué l'an dernier pour le dossier « Retour sur 2014 ».

- Enfin, et je vais en terminer là pour les déceptions, l'abandon (quasi)total de la Wii U par Nintendo, tout simplement impardonnable pour moi, là aussi la situation parle d'elle-même et elle est en lien avec ce que j'ai pu dire précédemment donc je ne vais m'étendre davantage.

Coups de cœur :

Des coups cœur, heureusement il y en a eu, néanmoins en quantité moindre d'une part, et avec une « intensité », une « force », inférieure à la plupart de mes déceptions.

- Premier coup de cœur, tout simplement un des (rares) jeux de l'année sur Wii U, Splatoon, coup de cœur pour plusieurs raisons, tout d'abord c'est un jeu qui représente, à mes yeux, Nintendo (en tout cas ce qu'elle a pu être…), du fun, de la convivialité, un jeu bien développé, haut en couleur, des personnages atypiques/mémorables, facilement identifiables, cré-a-tif avec une jouabilité bien pensée, bref autant d'ingrédients qui pourraient constituer ce qu'on appellerait un « bon jeu ».
Ensuite, ce jeu bénéficie d'un très bon suivi de la part de Nintendo qui continue de le mettre à jour régulièrement et de lui ajouter du nouveau contenu gra-tui-te-ment, sans compter le fait que Nintendo organise des événements communautaires autour du jeu ce qui parvient à en faire un jeu incontournable pour les possesseurs de Wii U.
Pour terminer, c'est aussi une satisfaction pour la simple et bonne raison que Nintendo a pris un risque en créant quelque chose de nouveau, ce qui se fait rare dans le jeu vidéo, un risque récompensé.

- On en arrive déjà à mon deuxième et dernier coup de cœur pour cette année, et il n'est pas à chercher du côté de Nintendo, mais du côté du studio allemand Shin'en pour leur jeu FAST Neo Racing, un jeu de course futuriste dans la veine de la série F-Zero, sans atteindre la perfection, ce jeu prouve que la Wii U a la puissance nécessaire pour faire de très jolis jeux d'un point de vue technique, technique qui est quasiment irréprochable ici, avec en prime un beau travail dans la réalisation des environnements, dans la création de l'ambiance, dans l'équilibre de la jouabilité, et le tout avec des moyens financiers relativement restreint, les connaisseurs ne manqueront pas cette occasion et sauront apprécier ce jeu à sa juste valeur à n'en point douter.

Conclusion :

Si l'année 2014 était à mon sens celle d'un nouveau souffle, l'année 2015 serait celle d'une inspiration longue, une sorte d'apnée, Nintendo semble déjà tourné vers sa future plateforme, la NX, ce qui laisse la Wii U à l'abandon, et la 3DS qui continue tranquillement sa (fin de) carrière, forcément il en résulte une année vide et donc décevante de leur côté.
Néanmoins, au-delà de ces considérations, la nouvelle stratégie élaborée par Satoru Iwata se dessine peu à peu, stratégie qui consiste en la diversification des activités de Nintendo et une exploitation plus importante des licences de Nintendo, reste à espérer une certaine pondération, c'est là que se concentrent mes craintes et inquiétudes lorsque j'observe l'évolution des amiibo.

Soso26 :

J'aimerais tout d'abord revenir sur un fait qui nous à tous choqué, nous fan de Nintendo. Je veux bien sûr parler du décès de Satoru Iwata, président de Nintendo depuis 2002, des suites d'un cancer. Même si ce président a été longuement critiqué sur l'orientation de Nintendo ces dernières années (de plus en plus grand public), il restera tout de même un grand président ayant pris de bonnes décisions pour la pérennité de son entreprise.

Pour moi, l'année a été également assez mitigée au niveau des jeux. Nous avons eu aussi bien de très bons jeux tels que Splatoon, Mario Maker ou Xenoblade X sur Wii U ou bien le remake de Zelda Majoras Mask sur 3DS, sans parler de certaines perles indés qui m'ont réchauffées durant cette année morose.

Splatoon est la nouvelle licence de Nintendo annoncée à la fin de la présentation E3 de 2014.
Tout son intérêt se situe en ligne (le mode solo fait plutôt office de grand tuto), une première pur Nintendo, où deux équipes de 4 joueurs chacune s'affrontent dans des matchs intenses de guerre de territoire de 3 minutes. La guerre de territoire s'effectuet à l'aide de peinture tirée à l'aide d'une multitude d'armes aussi variées que fantaisie. D'un côté nous avons les armes pour repeindre le sol ce sont les rouleaux, pinceaux et autres seaux de peinture très efficaces pour gagner énormément de points. Et de l'autre il y a les armes pour éliminer les adversaires tels que les liquidateurs (nom dans le jeu pour les mitraillettes) et les fusils sniper, mais si faire ceci ne rapporte pas de point ça a tout de même le mérite de retarder l’adversaire qui sera « respawner » dans sa base, à l'autre bout de la carte. Bref un jeu qui peut paraître simple au premier coup d’œil mais qui est en fait assez complexe à maîtriser, d'autant qu'il est encore aujourd'hui régulièrement mis à jour avec de nouvelles armes et des maps supplémentaires.
Mario Maker présenté lui aussi durant l'E3 2014 s’avère être réellement le Mario ultime, sans avoir peur des mots. Tout simplement car il ne s'agit pas d'un simple éditeur de niveau mais d'une plate-forme de partage de stage, avec aussi bien des créateurs connus tels que Nintendo ou des stars de la télévision Japonaise que des joueurs comme vous et moi. Et donc une infinité de stages à jouer, même si une bonne partie s'avère être de piteuse qualité avec une difficulté mal jaugée (dans les deux sens) et un level-design pitoyable. Malgré cela des pépites sont tous de même présentes, et les stages de Nintendo sont toujours des valeurs sûres.
Et comme on dit, le meilleur pour la fin, c'est au tour de Xenoblade Chroniques X annoncéen grande pompe durant l'E3 2013. Sorti début 2015 chez nos amis Japonais et qui vient tout juste de sortir, début décembre dans nos vertes contrées après deux longues années d’attente. C'est réellement ma claque de l'année et mon meilleur jeu 2015 avec Splatoon. Qu'il s'agisse des magnifiques espaces de jeu grandiose de la planète Mira, ou des mécanismes complexes du jeu (J-RPG oblige). Il est réalisé avec brio de la part de Monolith software, le développeur du jeu. Pas besoin d'en parler davantage, le test de NintendoLeSite arrive bientôt.

Mais de l'autre côté voici mes coups de gueule assez nombreux au vu de la quantité de jeux assez faible sortie cette année, ce sont les jeux sortis avec une qualité piteuse. Réalisés à la va-vite dans l'unique but de remplir le calendrier de sortie des consoles de Nintendo, d'améliorer les comptes en banque de Nintendo et qui en prime, par la même occasion, massacrent littéralement les licences de Nintendo qu'ils exploitent. On pourrait, par exemple citer Animal Crossing : Happy Home Designer ou dans la même lignée Animal Crossing : Amiibo Festival.

Tout d'abord intéressons-nous à Animal Crossing : Happy Home Designer, sorti sur 3DS au début de la période estivale. Les cartes Amiibo sont tout simplement obligatoires pour jouer ou tout du moins très fortement conseillé (aujourd'hui il y en a plus de 300, vendues dans des paquets du style "Panini"). Sans parler du « système D » de Nintendo pour pouvoir utiliser ces cartes NFC sur une console normale. Sinon dans cet opus oubliez la simulation de vie et la gestion de votre ville qui font la colonne vertébrale de cette série, mais bonjour à la décoration intérieure et extérieure avec un principe pour placer ses meubles revus et corrigé par rapport aux épisodes précédents, ainsi que la possibilité de placer des meubles à l'extérieur. Bref, que des options qui auraient dû être déjà présentes dans New Life, et inclusent là par Nintendo dans l'espoir de " rentabiliser " les joueurs friands d'Animal Crossing qui jouent au même jeu pendant des années.
Dans la même veine du massacre de licences il y a Animal Crossing : Amiibo Festival (tiens encore un jeu Animal Crossing…). Il reste dans le même principe que le précédent (outre le massacre de licence), les Amiibo Animal Crossing sont également obligatoires pour jouer. Il s'agit d'un simple jeu de l’oie, où les Amiibo de la série prennent vie dans le jeu. Les joueurs doivent placer à chaque fois qu'ils jouent leur Amiibo respectif sur le GamePad, pour pouvoir lancer les dés à jouer. Et lorsqu'ils s'arrêtent sur des cases spéciales, un défi (lui aussi débloqué grâce aux Amiibo) se propose au joueur en question. Rien de bien révolutionnaire.
On remarquera également que ces deux jeux utilisent à outrance les Amiibo qui sont quasiment obligatoires pour jouer. Certes les figurines étaient au début emballantes grâce à une bonne qualité pour un prix avoisinant les 12€ et proposant en plus des interactions en jeu. Mais au fur à mesure, elles deviennent omniprésentes et les jeux où elles sont obligatoires se multiplient fortement. Il y a ici un fort abus de la part de Nintendo, qui lorsqu'il a un bon filon où il peut se reposer exploite un max, et ce jusqu’à l’épuisement des joueurs (coucou le motion-gaming). Et pire encore, nul ne doute que ces objets vont prendre encore plus de place dans l'avenir de notre firme bien aimée.

On sent très nettement que ces deux consoles sont en fin de vie, le calendrier de sortie de moins en moins rempli (d'où l'obligation pour Nintendo de finir des jeux rapidement afin de remplir le planning) et leurs ventes s'essoufflent, la Wii U qui n'était déjà pas dans une situation réjouissante vient tout juste d'arriver à la barre symbolique des 10 millions d'unités vendues cette année et la 3DS pilier de la stabilité financière de Nintendo cède des parts de marché importantes au profit du jeu portable. Heureusement que les Amiibo de Nintendo se vendent comme des petits pains, aux alentours des 15 millions en un an, pour le côté financier de l'entreprise. Les chantiers de Nintendo pour l'année 2016 s'annoncent donc colossaux. Mais ceci sera l'objet d'un prochain dossier.

Megamagus :

Tant de choses se sont passées durant l’année 2015 pour Nintendo. La Wii U a continué sa chute en creusant de plus en plus jusqu’à atteindre l’autre surface du globe et la 3DS n’a pas arrêté de grimper dans la stratosphère des ventes.

Il y a d’abord eu le partenariat entre Big N et DeNA pour la réalisation de jeux et support de communication sur mobile. Certains ont crié au scandale en prétextant que Nintendo ne savait plus ce qu’il faisait, d’autres ont accepté, comme moi l’idée que Nintendo était avant tout une société à but lucratif et qu’elle devait utiliser tous les moyens qui sont à sa disposition pour élargir son audience.

Vient ensuite la fin du Nintendo TVii après 2 ans d’efforts pour que le service débarque en Europe. Nous autres européens, nous ne verrons jamais à quoi ressemble le Netflix de Nintendo alors que celui-ci nous était promis depuis l’annonce de la console.

Autre fermeture un peu plus marquante, celle du Club Nintendo après 13 longues années de bons et loyaux services. Bien sûr, nous ne regretterons pas ses bugs intempestifs, son catalogue de produits rarement mis à jour et l’archaïque architecture de la chose mais quelque part, ça nous affecte intérieurement de voir un service que l’on a chéri durant tant de temps et qui nous a offert des produits, certes onéreux mais qui franchement étaient de très bonne qualité (notamment la statue dorée de Link et Epona), disparaître. Mais voilà, il faut se dire que l’arrêt de ce service amènera certainement quelque chose de bien plus neuf par la suite.

« NX », deux lettres qui font couler beaucoup d’encre et ce depuis sa mention durant la conférence entre Big N et DeNA. A l’heure actuelle, il ne se passe pas un seul jour sans que tel analyste ou tel développeur déclare quelque chose à propos de ces deux lettres encore mystérieuses. Alors même si Reggie Fils Aimé a clairement déclaré en pleine période d’E3 qu’il s’agira d'une nouvelle console de Nintendo, des doutes subsistent quand même. S’agira-t-il d’une console de salon, d’une console portable, d’une console de salon portative, d’une toute nouvelle expérience ? Personne ne peut le dire puisque malgré la distribution des kits de développement et une démo montrée aux éditeurs tiers, rien ne filtre si ce n’est des bruits de couloir ou des rumeurs venues d’on ne sait où. Alors, il faut prendre notre mal en patience, pendant encore une demi-année, pendant encore 6 mois, pendant encore 168 jours, pendant encore 4032 heures, pendant encore 241 920 minutes, pendant encore 14 515 200 secondes… bref, il va encore falloir attendre.

2015, c’est également la première année où Nintendo décide de commercialiser et de promouvoir des jeux bas de gamme sur la Wii U. Devil’s Third, Mario Tennis : Ultra Smash, Kirby et le pinceau arc-en-ciel, Mario Party 10 et bien d’autres. Bien sûr le jeu qui vous vient à l’esprit lorsque l’on parle de jeu de merde 2015 c’est sûrement Animal Crossing : Amiibo Festival de par son intérêt tellement limité qu’à côté de ça même un tuto maquillage paraît intéressant et divertissant.

Après si l’on enlève ces points noirs, il est clair que le catalogue de cette année a été bien rempli : Super Mario Maker, Splatoon, Xenoblade Chronicles X, Mario & Luigi Paper Jam Bros, Yoshi’s Woolly World et bien d’autres sans parler des excellents titres que l’eShop nous a offert comme Fast Racing Neo, Runbow, Typoman et j’en passe. Bref, que ce soit sur 3DS ou sur Wii U, les joueurs ont eu de quoi faire sur leurs consoles.

Pour ma part, je dirais que Yoshi’s Woolly World a été le jeu que j’ai le plus apprécié surtout après l’énorme déception qu’avait été Yoshi’s New Island sur 3DS. J’ai certes beaucoup apprécié Splatoon et Xeno X mais ce Yoshi là m’a pris par les sentiments et je le placerai volontiers dans mon top 3 des meilleurs jeux de l’année.

Bref, 2015 aura été une année très chargée en émotion pour Nintendo que ce soit après un E3 désastreux, après la tragique disparition de Mr Iwata ou après l’annonce de Miitomo, l’ascenseur émotionnel des joueurs n’a pas arrêté de fluctuer. En espérant que 2016 sera un peu plus posée et calme… même si j’en doute sincèrement.

Fry :

Lorsque je regarde en arrière je me dis que 2015 a été une année plutôt décevante pour moi. Non pas que les jeux auxquels j'ai joué pendant l'année m'ont déçu, loin de là, mais lorsque que je relis mes attentes d'il y un an pour cette année 2015, je me rends compte de l'étendue du décalage avec la réalité. Et je ne parle pas ici des attentes irréalistes comme le retour de la série F-Zero, que j'aime remettre chaque année dans une forme d'espoir complètement vain, mais bien de toutes les attentes crédibles qui se sont retrouvées insatisfaites.

Tout simplement, le jeu que j'attendais le plus cette année, qui était aussi votre plus grosse attente lors des NLS Games Awards 2014, a été repoussé d'un sans plus de détails. C'est bien sûr du fameux Zelda Wii U dont je parle, jeu qui n'a montré le bout de son nez que pendant 15 secondes lors du dernier Nintendo Direct de l'année, en novembre.

Ma seconde attente de l'année s'était aussi portée sur un jeu qui a été repoussé. Il était pourtant très bien parti pour sortir cette année, mais il va nous falloir attendre le printemps prochain pour pouvoir enfin jouer au nouvel opus de la série Starfox.

Ce qui était il y a un an ma troisième attente pour 2015 est assurément devenue aujourd'hui la plus grosse tranche de rigolade de l'année. Il y un an j'étais l'une des quelques personnes à attendre très sérieusement Devil's Third, ce jeu annoncé en 2010 sur PS3 et 360, qui avait presque sombré avec son éditeur de l'époque, THQ, mais qui est revenu d'entre les morts grâce, ou plutôt à cause, de Nintendo. Son développeur, Valhalla Games, nous faisait pourtant tout un tas de bonnes promesses pour ce jeu, mais il s'est avéré que tout ceci ne cachait qu'une gigantesque mascarade à tel point qu'il semble que même Nintendo a eu honte du jeu. C'est simple, lorsque la firme de Kyoto communique sur les réseaux sociaux au sujet de la « longue liste d'exclusivités aux consoles Nintendo », le jeu de Tomonobu Itagaki n'y figure pas. Et lorsqu'il a été question de sa sortie américaine, nous avons assisté à toute une série de rebondissements tous plus comiques les uns que les autres. Si ce jeu aura été une déception telle que je n'ai même pas pris la peine de l'acheter, il nous aura quand même offert quelques bonnes séances de rires en pagaille.

Pour continuer sur une note plus positive, il y a quand même un certain nombre de mes attentes qui ont été comblées, à commencer par Splatoon. On le sait, le lancement d'une nouvelle licence n'est pas toujours facile pour un éditeur, ce qui explique bien souvent la frilosité des acteurs de l'industrie en la matière. Mais dans le cas de Splatoon, Nintendo a connu la réussite. Si son contenu était un peu faiblard à la sortie, le jeu n'a cessé de bénéficier d'un suivi régulier de la part de ses développeurs, publiant ainsi de nouvelles cartes, armes et autres équipements presque chaque semaine si bien que le jeu dispose aujourd'hui d'un large contenu qui vaut clairement le détour. Une très bonne surprise et assurément l'un de mes jeux préférés de l'année.

L'autre nouvelle licence lancée par Nintendo cette année, Code Name STEAM, a cependant connu un destin moins radieux. Si le nouveau jeu d'Intelligent Systems figure parmi mes coups de cœur de 2015 et m'a offert des heures de jeu fort sympathiques, il s'est complètement raté en matière de ventes. Il faut dire que dès le départ le jeu visait déjà un public de niche, mais même en prenant en compte ce fait, ses ventes ont été très décevantes et c'est regrettable.

Le troisième jeu qui figure dans mon top 3 de l'année est sans aucun doute la petite perle que nous ont délivré les allemands de Shin'en. Fast Racing Neo est ce genre de jeux qui parvient très bien à démontrer que même avec très peu de personnes et très peu de moyens, il est possible de faire quelque chose de très beau graphiquement et de très réussi au niveau du gameplay. Le titre est une réussite et il n'a pour moi aucun mal à concurrencer Splatoon au titre de meilleur jeu Wii U de l'année.

Et voilà à peu près tout en ce qui concerne mon année 2015 pour le Jeu Vidéo. Autant dire que je n'ai pas énormément joué et qu'une bonne partie de mes attentes ont été déçues. Je ne parle même pas de l'E3 2015 de Nintendo qui a été une véritable déception. Si l'année m'a quand même offert quelques très bon titres, elle a été de manière globale assez décevante.

Conclusion générale :

Voilà en définitive quelle a été notre année 2015 en matière de jeu vidéo. On se retrouve donc en 2016 pour de nouveaux jeux, de nouvelles aventures, de nouvelles surprises et de nouvelles déceptions !

 Poster un commentaire (0)

Poster un commentaire

S'inscrireConnexion