Divers

La saga Ace Attorney

Par milesedgeworth51, le samedi 18 mai 2013 à 00:48

Ace Attorney… Ce nom vous dit quelque chose ? Non ? Ce n’est pas surprenant car cette série n’est pour ainsi dire pas ou très peu connue en France, et pourtant, Dieu sait qu’elle est excellente, tous les testeurs vous le diront. Avant de commencer quoi que ce soit, il faut donc donner quelques éléments de repères afin que vous puissiez comprendre à quoi elle ressemble.
Ace Attorney est une série de jeux vidéo où l’humour est omniprésent, mais aussi de mangas ainsi qu’un film inspiré du premier jeu (sorti en 2011), mais ici nous approfondirons bien évidemment sur la série vidéo ludique ; celle-ci est créée par Shu Takumi en 2001 avec la sortie au Japon sur la Game Boy Advance d’un jeu dénommé Gyakuten Saiban : Yomigaeru Gyakuten. C’est le premier opus de la série, mais il ne sortira pas en dehors des frontières japonaises (enfin, pour le moment) : il met en scène un jeune avocat de la défense (Ryūichi Naruhodō) qui va devoir sauver ses clients de situations compliquées dans différentes affaires à l’aide de preuves, et trouver le véritable coupable. C’est donc ainsi qu’est né Ace Attorney ; mais, vous allez sans doute demander pourquoi connaissons-nous le jeu en France ? La réponse est toute simple puisque la série débarquera fin mars 2006 sur les Nintendo DS de nos chères têtes blondes sous le nom de : Ace Attorney : Phoenix Wright. Le nom du héros est Phoenix Wright et le système est identique que sur Game Boy Advance à l’exception de l’écran tactile qui apporte un plus au gameplay. A propos du système de gameplay, toutes les affaires sont découpées en deux parties : une partie que l'on peut appeler « enquête » (vous cherchez des preuves sur le terrain, vous interrogez les témoins… bref vous enquêtez) puis une autre partie au tribunal, qui est la plus passionnante et dans laquelle vous devrez défendre votre client. Comme dit précédemment, Ace Attorney est aussi une série de mangas qui met en avant différents personnages du jeu ; il faut bien avouer que la bande dessinée ressemble assez fortement aux jeux, ce qui est un plus.

image
Phoenix Wright en pleine action.

Bref, nous allons voir par la suite dans plusieurs paragraphes les jeux, puis nous verrons rapidement le succès qu’ils ont eu dans le monde et enfin, je donnerai très succinctement ma vision d’Ace Attorney.

Image

I) Les jeux.

Il existe deux « séries », si je puis dire à l’intérieur de la grande série qu’est Ace Attorney : il y a la série principale composée de cinq jeux, et la série dérivée composée de deux spin-offs et un cross-over.

A) La série principale.

image
Une phase d'enquête classique dans Ace Attorney : Phoenix Wright.
image
Une phase au tribunal dans Ace Attorney : Apollo Justice.

Quatre jeux et bientôt cinq font partie de cette série principale, nous allons décrire les spécificités de chacun.
Sorti en 2006, Ace Attorney : Phoenix Wright est le remake du jeu sorti au Japon en 2001 ; cependant, la carte DS contient une enquête exclusive. En effet, dans Ace Attorney : Phoenix Wright, cinq affaires s’offrent à vous ; elles ne sont pas forcément liées entre elles ce qui permet à un novice d’apprécier chacune d’entre elles au maximum ; votre première investigation sera également la première du héros principal, Phoenix Wright puisque celui-ci débute en tant qu’avocat de la défense. Evidemment il n’est pas seul puisqu’il est aidé de son mentor : Mia Fey ; Phoenix rencontrera sa sœur, Maya, qui deviendra sa collaboratrice. Il faut noter que le procureur attitré du jeu est Benjamin Hunter, l’un des personnages préféré des fans. Etant le premier jeu de la série, aucune innovation véritable n’est mise en place : en effet, hormis le gameplay classique, il n’y a pas de grande spécificité à noter.
Passons désormais à Ace Attorney : Justice For All ; sorti en 2002 sur GBA il est réédité sur la Nintendo DS en 2007, en France. Il vient continuer ce qu’avait commencé Ace Attorney : Phoenix Wright c’est-à-dire l’histoire de Phoenix ; mais dans celui-ci, on va creuser un peu plus les origines de Maya puisque l’on connaîtra sa cousine : Pearl Fey. C’est la deuxième enquête qui va nous révéler des choses intéressantes sur la mystérieuse famille Fey. Egalement, une innovation apparaît dans Justice For All puisque vous découvrirez le Magatama (qui existe vraiment,et qui se trouve être un élément caractéristique, au Japon, de la Préhistoire), un outil dont Phoenix se servira pour trouver les secrets cachés par les protagonistes ; vous devrez ouvrir des « Verrous-Psychés » qui sont ces fameux secrets. Les enquêtes du jeu ne sont pas du tout en relation, et quatre investigations inédites sont de la partie ; alors que Benjamin Hunter était le procureur du premier jeu, c’est Franziska Von Karma, fille du mentor de Hunter, qui sera l’adversaire de Phoenix ; redoutable, elle n’hésite pas à frapper avec son fouet tout ce qui bouge…

image
Le Magatama sert à détecter les Verrous-Psychés.
image
Les secrets gardés par les Verrous-Psychés donnent du fil à retordre...

Le troisième jeu de la série principale est Ace Attorney : Trials & Tribulations ; sorti en 2004 au Japon, et le 3 octobre 2008 sur nos consoles françaises. Considéré comme le meilleur de la saga, Trials & Tribulations a été pour ainsi dire tué en France, par Capcom : en effet, le problème vient de la sortie du jeu. Etant le troisième épisode de la série, il aurait dû, logiquement être dans les bacs après Justice For All… Cependant, il se trouve que le quatrième épisode, Ace Attorney : Apollo Justice, est sorti… le 9 mai 2008 soit six mois avant !! Une aberration pour tout le monde et une horreur pour les fans qui ont crié au scandale. Bref, ce troisième opus reprend encore une fois les ficelles des opus précédents ; on garde les systèmes classiques ainsi que le Magatama et on change à nouveau le procureur principal car le très sombre Godot viendra vous jeter du café à la tête si son humeur est mauvaise... Un personnage est jouable en plus : il s’agit de Mia Fey. La véritable nouveauté est la ligne directrice du scénario : en effet, trois des cinq affaires sont liées les unes aux autres, et c’est une véritable bombe scénaristique. Cependant, aucune innovation n’est à noter.

image
Godot et sa mythique tasse de café.

Le quatrième opus de la série des Ace Attorney est, comme vous l’aurez compris, Ace Attorney : Apollo Justice : c’est le premier jeu sorti directement sur Nintendo DS puisqu’il n’avait pas été programmé sur GBA. Ici, gros changement puisque exit Phoenix Wright dans le rôle de l’avocat, et bonjour Apollo Justice, jeune roquet qui va devoir sauver ses clients ; au fait, qui est son premier client ? Je vous laisse le découvrir en jouant vous-même au jeu ! Enfin, Apollo Justice fait table rase de presque tous les personnages de la première trilogie : on retrouve toujours et comme dans toutes les enquêtes introductives, Victor Boulay, procureur très peu sûr de lui, mais hormis lui et deux autres personnages, aucun ne refera son apparition. Ici, le procureur est un guitariste qui attire beaucoup de groupies : Konrad Gavin, rockeur réputé ! Bref, le jeu est tout aussi déjanté et un artefact viendra pimenter les séances au tribunal, il s’agit du bracelet (magique) d’Apollo lui permettant de repérer les tics nerveux des témoins et de les faire avouer grâce à eux : du grand art et surtout de la tension, car ce n’est pas si simple que ça !

image
Sous ses airs de gamin, Apollo n'en reste pas moins un très bon avocat.
image
Voici l'utilisation du bracelet d'Apollo.

Et enfin, le dernier jeu : Ace Attorney : Dual Destinies. Il sortira au Japon le 25 juillet 2013 et à l’automne 2013 en Europe et aux USA : dans ce nouvel opus, Phoenix Wright se retrouve à nouveau au devant de la scène puisqu’il est un personnage jouable. Apollo Justice lui aussi fait son retour et le nouveau procureur se nomme Yugami Jin, homme sans doute crapuleux puisqu’il est accusé de meurtre. La première enquête fait suite à la destruction du tribunal et le premier adversaire en tant que procureur ne sera plus Victor Boulay, mais son frère, Gaspen Boulay : quand on nous dit qu’être juriste est une affaire de famille on ne nous ment pas ! La nouvelle associée de Phoenix sera une jeune femme de 18 ans se prénommant Athena Cykes.

La bande-annonce d'Ace Attorney : Dual Destinies.

La série principale est donc en cours de continuation avec le cinquième opus, mais qu’en est-t-il de la série « parallèle » d’Ace Attorney ?

B) La série parallèle.

Elle est composée, comme dit dans l’introduction, de deux spin-off et d’un cross-over.
Les spin-off, ces fameuses séries dérivées, se nomment Ace Attorney Investigations : Miles Edgeworth et Gyakuten Kenji 2, le second n’étant pas même traduit dans la langue de Shakespare (nous pouvons le traduire de façon très originale par Ace Attorney Investigations : Miles Edgeworth 2). Dans les deux jeux, vous incarnez le meilleur ennemi de Wright dans la série principale, Benjamin Hunter, de son nom anglais Miles Edgeworth, d’où le nom du jeu : son adversaire sera Shi-Long Lang, un enquêteur d’Interpol amateur de citations croustillantes de Lang Zi telles que « Les vrais amis sont les amis intimes » (dans le jeu, cela se fait ainsi : « Lang Zi says : « True friends are bosom friends » »). Etant donné que le second opus n’est pas traduit, nous ferons l’impasse sur l’histoire globale.

image
La nouvelle interface des Ace Attorney Investigations.

En outre, le premier se déroule après les événements de Trials & Tribulations et tout commence lorsqu’un meurtre s’est déroulé dans le bureau de Benjamin Hunter ; ce meurtre n’est pas si anodin que ça puisque des documents importants concernant une affaire ont été également volés.
Le système de jeu est légèrement modifié par rapport à la série principale : fini les Magatama et autres bracelets magiques : passons à autre chose de plus crédible. Il faut savoir qu’habituellement, Hunter se moque complètement des choses surréalistes, et les techniques mystiques employées par la famille Fey le font beaucoup réagir de façon négative. C’est pourquoi un nouveau mode apparaît : la Logique ! Et oui, quoi de plus normal pour un homme ayant une logique hors du commun : le but de celle-ci est tout simplement d’assembler des éléments de l’enquête amassés par le procureur afin de créer un nouvel élément qui permettra à l’histoire d’avancer.

image
La logique d'Edgeworth s'avère terriblement efficace.

En ce qui concerne le gameplay, fini les écrans fixes de la série principale, place au mouvement ! En effet, maintenant, le but est de déplacer le héros afin d’examiner la pièce dans laquelle il se trouve et trouver les pièces à convictions ou d’interroger les témoins. Là encore, fini les phases au tribunal, tout se passe à l’extérieur : les interrogatoires se font sur le champ, et il n’y a donc plus besoin du juge et de son marteau. En fait, tout change ou presque ce qui donne à la série un petit rafraîchissement loin d’être inintéressant ! Au passage, les enquêtes ont toutes un lien entre eux et donne à la trame principale un aspect important. Le second opus est basé sur le même système que le premier et se déroule après celui-ci.

image
Hunter dans toute sa splendeur

Enfin, passons à l’unique cross-over mettant en scène Ace Attorney : il s’agit de Professeur Layton VS Ace Attorney. Il s’agit d’un projet initié par Level-5, développeur de Professeur Layton, et le scénario est écrit par Shu Takumi, créateur des Ace Attorney. De façon étrange, le Professeur Layton accompagné de son fidèle acolyte Luke Triton se confronte à Phoenix Wright accompagné, lui, de Maya Fey. Mise en scène étrange car les deux jeux ont des mondes tout à fait distincts : si les Ace Attorney se déroulent à notre époque, les événements de Professeur Layton se passent quant à eux bien plus tôt (peut-être au milieu des années cinquante puisque Layton conduit une 2CV, ou bien avant puisque les trains sont encore à vapeur… Enfin, on n’en sait rien, Professeur Layton étant un jeu bourré d’anachronismes en tout genre…) : le fait que les deux héros soient réunis est tout à fait irréaliste, bien que le jeu nous fournisse une explication « logique ». Ici, le gameplay est partagé entre le système de jeu des deux séries : la partie investigation se déroule à la sauce Layton puisque des énigmes viennent ponctuer l’aventure, et il faut chercher des indices de cette manière ; la partie tribunal se déroule, naturellement, comme dans une enquête classique d’Ace Attorney. Cependant, une chose diffère : au lieu d’un seul témoin présent à la barre, ce n’est pas moins de quatre, cinq ou dix témoins qui sont à interroger ! Le jeu n’est pas découpé en plusieurs épisodes comme dans Ace Attorney, mais en une seule histoire, comme dans Professeur Layton.

La force d’une telle série ne repose pas seulement sur un scénario construit et un gameplay bien ficelé : la bande son est également un élément très important.

C) Bande originale.

Ici, nous allons parler des compositeurs de chacun des jeux, ainsi que des musiques marquantes de la série.

La musique du premier opus est composée par Masakazu Sugimori pour les quatre premières enquêtes, et par Naoto Tanaka pour la cinquième. Justice For All a une musique écrite par Naoto Tanaka également. C’est le très célèbre Noriyuki Iwadare qui s’est occupé de l’OST (Original SoundTrack) de Trials & Tribulations et d’Ace Attorney Investigations 1 et 2 : c’est lui qui s’est notamment occupé de la bande originale de Mega Man X7 (aidé par certains confrères) sorti sur Playstation 2, Super Smash Bros Brawl. sorti sur Wii ou encore une partie de la bande son de Kid Icarus : Uprising. Il est aussi chargé de l’OST d’Ace Attorney 5. Ce sont Toshihiko Horiyama (compositeur d’un grand nombre de musiques dans différents Mega Man) et Hideki Okugawa (Resident Evil 5, Dead Rising…) qui ont composé les musiques d’Apollo Justice. Enfin, Tomohito Nishiura a composé les musiques de Professeur Layton VS Ace Attorney ; il faut noter qu’il s’agit du compositeur de toutes les musiques des Professeur Layton.
Au niveau des musiques marquantes, il en existe un certain nombre, mais je vais m’arrêter sur trois musiques qui sont les plus connues. Tout d’abord, une musique appartenant à Ace Attorney : Phoenix Wright et qui se nomme « Turnabout Sister’s Ballad » (traduisez « la ballade des sœurs lors des retournements de situation ») : il s’agit d’un remix de « Turnabout Sister », mais le premier est plus connu. Continuons avec « Guilty Love » (ou « Amour Coupable »), musique tirée d’Ace Attorney : Apollo Justice. C’est aussi le thème du procureur Konrad Gavin : très énergique avec son tempo vif, elle est captivante dans le jeu, et elle est reconnaissable aisément. Enfin, la musique la plus connue, et surtout la plus aimée, est sans aucun doute « The Fragrance of Dark Coffee » (« le parfum du café noir ») du jeu Ace Attorney : Trials & Tribulations. Elle se trouve être le thème du procureur Godot : le titre et la musique lui vont à merveille puisque ce dernier est amateur de bon café. Le rythme très jazzy et langoureux montre les sensations que peut avoir le procureur lorsqu’il avale une gorgée de café (noir, de préférence).

The Fragrance of Dark Coffee, un délice pour les oreilles.

Après avoir vu toute cette série, voyons le succès qu’elle a eu dans le monde.

ImageImageImage
Image

II) Le succès d’Ace Attorney.

Malgré le fait que ce soit une série ayant d’excellentes critiques, le succès n’est pas forcément au rendez-vous : petit topo sur le succès au Japon puis hors des frontières nipponnes.

A) Au Japon.

On ne va pas dire que les ventes sont bonnes mais il faut avouer qu’elles sont honorables. Les trois épisodes sortis sur Game Boy Advance se sont vendus entre 128 601 et 171 187 exemplaires. Mais penchons nous plus sur les ventes de ceux sortis sur Nintendo DS. Ace Attorney : Phoenix Wright s’est écoulé à près de 550 000 exemplaires ce qui constitue un joli score. Le succès peut s’expliquer par l’ajout d’une enquête exclusive à celui-ci, ce qui est un argument de vente, bien entendu. Justice For All a attiré 358 667 joueurs, mais on voit que l’écart par rapport au premier jeu est sensible. Enfin, Trials & Tribulations s’est vendu à 335 561 copies, on constate donc une nouvelle baisse. Cependant, la venue d’Apollo Justice a su relancer de manière considérable les ventes de la licence : 655 991 cartouches ont trouvé preneur. Ce résultat s’explique sans doute par le fait que ce soit le premier jeu exclusif puisque les trois premiers sont des remakes.

Par la suite, les deux spin-offs se sont vendus respectivement à 343 607 et 232 666 exemplaires pour Ace Attorney Investigations : Miles Edgeworth et Ace Attorney Investigations : Miles Edgeworth 2 ; série dérivée oblige, les ventes sont forcément moins bonnes même si elles restent respectables. Enfin, Professeur Layton VS Ace Attorney ne s’est écoulé qu’à 279 633 copies. Oui, « ne s’est écoulé qu’à 279 633 copies » : en effet, l’attente du jeu semblait vraiment bouillonnante, et le fait que deux des personnages les plus connus au Japon se réunissent en un seul jeu semblait être le coup du siècle pour Capcom et Level-5. Malheureusement, c’est tout le contraire qui arriva : les critiques du jeu sont généralement assez bonnes, mais quelques détails ont sans doute frustré les fans des deux séries : est-ce le manque de challenge proposé (avec notamment l’ajout de pièces S.O.S dans les phases au tribunal, venant simplifier le jeu ou encore les énigmes un poil trop faciles) ou bien le manque d’adversité entre les deux protagonistes puisqu’ils sont plus amis qu’ennemi (alors que le VS le laisse pourtant penser) ? Nous vous laissons y méditer.

Après avoir fait une synthèse des ventes et du succès au Japon, qui, au passage est quand même bon, qu’en est-il du reste du monde, et principalement en France ?

B) Hors Japon.

Bien que nous n’ayons pas beaucoup d’informations (nous ne disposons malheureusement d’aucun chiffres), nous pouvons tout de même parler du succès de la série en dehors des frontières nipponnes. Il faut bien l’avouer, ce n’est pas le succès attendu par Capcom. Pour exemple, en Amérique, à cause de nombreux problèmes de livraisons, le premier opus s’est vendu à un peu plus de 100 000 exemplaires. Malgré les bonnes critiques, les jeux suivants n’ont pas forcément fait mieux qu’Ace Attorney : Phoenix Wright et c’est peut-être une des raisons qui a poussé Capcom à ne pas traduire Ace Attorney Investigations : Miles Edgeworth 2
En France, il s’agit d’un sujet au combien épineux : en effet, les fans vous le diront, Capcom a coulé la série à lui seul (cf I)A) Trials & Tribulations). La suite n’est qu’une avalanche de mauvaises nouvelles pour la série en France : Ace Attorney Investigations : Miles Edgeworth non traduit pour cause de mauvaises ventes d’Apollo Justice, les fans qui tentent de riposter en faisant tourner une pétition… L’un des soucis à ce manque de succès est souvent mis sur le dos du manque cruel de publicité : alors que Professeur Layton par exemple bénéficie de pubs jusque sur les abribus, Ace Attorney n’a pas eu ce privilège. Bref, Capcom a perdu du crédit auprès des fans notamment à cause de cette histoire. Cependant, si Professeur Layton VS Ace Attorney venait à sortir en France, le gentleman au chapeau fera sans aucun doute une excellente publicité à l’avocat juste avant une hypothétique sortie d’Ace Attorney 5.

Alors que le succès est partagé dans le monde, je vous propose un petit classement personnel des différents jeux ainsi que mon avis sur la série.

Image

III) Classement et avis sur la série.

Nous avons en lice cinq jeux puisque sur les huit, trois jeux n’ont pas pu être pris en main : Ace Attorney Investigations : Miles Edgeworth 2 (non traduction en anglais du jeu), Professeur Layton VS Ace Attorney (non localisation du jeu) et Ace Attorney : Dual Destinies (pas encore sorti) ne seront pas pris en compte.

Pour moi, le classement idéal est celui-ci :
5) Ace Attorney : Justice For All parce qu’il est bon, mais moins bien fignolé que les autres (notamment les fautes d’orthographe qui sont très nombreuses) malgré une très belle dernière enquête.
4) Ace Attorney Investigations : Miles Edgeworth parce qu’il apporte son lot d’innovations, mais qu’à cause de l’anglais, les jeux de mots et les expressions utilisés uniquement dans cette langue sont difficilement compréhensibles quant on n’est pas parfaitement bilingue (comme moi…).
3) Ace Attorney : Phoenix Wright parce que c’est le premier épisode, et que même avec un scénario accrocheur, les ajouts apportés aux opus suivants manquent à celui-là.
2) Ace Attorney : Apollo Justice parce que c’est tout simplement un gros coup de cœur et que j’ai bien aimé Apollo et son bracelet ainsi que le scénario, mais malheureusement pour lui, Ace Attorney : Trials & Tribulations est au-dessus.
1) Ace Attorney : Trials & Tribulations parce qu’il est meilleur en tout point : il dispose de musiques magiques, d’un scénario envoûtant, émouvant et haletant, des personnages les plus marquants et les plus charismatiques de la série… C’est un concentré du meilleur d’Ace Attorney.

Pour moi, même si un classement s’imposait, il faut dire que les jeux sont presque tous aussi bons : ils se tiennent dans un mouchoir de poche. Cela ne se joue que sur d’infimes détails comme vous avez pu le constater. Cette série que j’ai découvert par hasard est en fait ma série préférée, et je pense que vous pourriez également être charmés par l’ambiance à la fois loufoque et sérieuse des jeux : l’humour qui s’en dégage est génial. Les gesticulations des protagonistes et leur look, les jeux de mots sur les personnages (Flavie Eïchouette, Paul Défès entre autres…) et les scènes improbables les faisant réagir de manière totalement exagérée ou abusée, tout ou presque est drôle. De plus, la série se distingue des jeux « classiques » en proposant un gameplay que l’on pourrait qualifier de calme (il n’y a pas besoin d’être en tension pour y jouer) tout en étant addictif : de plus, en offrant un scénario à chaque fois pertinent et logique, on est plongé dans l’histoire, et les heures défilent à vitesse grand V : c’est à ça aussi que sert un jeu vidéo, à se vider l’esprit, et Ace Attorney arrive parfaitement à le faire.

Nul doute que Capcom continuera à exploiter sa série de façon à ce qu’un jeu sorte régulièrement au Japon puisque la formule semble fonctionner : nous aurons sans doute une suite à Ace Attorney : Dual Destinies. Si en France cette série est peu connue, elle dispose d’une ressource et d’une qualité remarquables : Professeur Layton VS Ace Attorney pourrait être le salut tant espéré par les fans, mais il reste à voir si Level-5 qui s’occupe de la localisation voudra sortir le jeu dans nos vertes contrées. De plus, si Capcom y met du sien, les résultats seront sans doute présents, mais pour le moment, ce n’est pas le cas. En espérant que ce dossier vous ait plu, nous vous disons…OBJECTION !!

 Poster un commentaire (16)
#1 Samedi 18 Mai 2013 à 16:29:20

Je n'ai jamais joué a un jeu de la série, et je n'ai pas lu, mais je ne peut que te féliciter d'avoir fait un gros dossier et je t'encourage a en faire d'autres 😉

Bravo 😉

Édité par MisterFail le Samedi 18 Mai 2013 à 16:30:23
#2 Dimanche 19 Mai 2013 à 19:20:22

Effectivement, c'est très bien présenté et complet, bravo. 😉

#3 Dimanche 19 Mai 2013 à 19:33:56

Très bon dossier mon cher miles, je suis presque jaloux XD. Non sérieusement c'est du très bon boulot et j'avoue que tu m'as réellement donné envie de joué à cet série... 😅

Édité par Myster le Dimanche 19 Mai 2013 à 20:06:49
#4 Samedi 1 Juin 2013 à 00:14:06

Excellent dossier, très bon boulot de ta part, vive Ace Attorney !

#5 Mardi 4 Juin 2013 à 00:35:43

Ah oui, joli dossier, on croirait lire Mega Force.

#6 Vendredi 7 Juin 2013 à 00:23:37

Joy Kreg à écrit :
Ah oui, joli dossier, on croirait lire Mega Force.

Qu'est ce que ce Mega Force ?!

Sinon, il semblerait qu'AA 5 soit traduit en français ! Mais bon, j'attends une confirmation 😅

Édité par milesedgeworth51 le Vendredi 7 Juin 2013 à 00:27:09
#7 Mercredi 7 Août 2013 à 12:33:43

Mega Force était un magazine de jeux vidéo dédié à Sega (son jumeau dédié à Nintendo s'appelait Super Power) qui paraissait dans les années 90 et qui publiait de magnifiques dossiers dans ses pages.

Édité par Joy Kreg le Samedi 21 Septembre 2013 à 02:22:31
#8 Samedi 17 Août 2013 à 22:28:22

Joy Kreg à écrit :
Mega Force était un magazine de jeux vidéo dédié à Sega (son jumeau dédié à Nintendo s'appelait Super Power) qui paraissait dans les années 90 et qui publiait de magnifiques dossiers dans ses pasges.

C'est très flatteur de ta part, merci !

#9 Jeudi 17 Avril 2014 à 18:04:22

Très bon dossier Miles 😉

Comme tu l'as prédit, je fais partie des gens qui ont été séduit par cette série grâce au jeu Professeur Layton VS Phoenix Wright : Ace Attorney. Vu la qualité de ce jeu, j'espère que beaucoup seront dans le même cas que moi.

Depuis j'ai acheté en occasion les quatre premiers jeux de la série (uniquement ceux traduits en français en fait). Je suis encore au premier opus, et c'est un pur bonheur.

J'espère vraiment que la série va bien rebondir, pour voir peut-être une resortie du dernier volet, ainsi que les prochains, en français.

PS : J'ai atterri ici en recherchant le logo d'Ace Attorney sur Google Image. Ça m'a fait bizarre :-°

#10 Lundi 21 Avril 2014 à 17:41:14

Merci beaucoup ! Ca me fait plaisir de voir que tu rejoins la famille AA 😅 Tu vas adorer j'en suis sur !

#11 Lundi 25 Août 2014 à 16:20:19

Après quatre mois d'Ace Attorney, je peux le confirmer, cette série est devenu une de mes préférés 😄

J'ai fini il y a quelques jours le quatrième opus, et je compte m'attaquer à Ace Attorney Investigations : Miles Edgeworth, que j'ai réussi à le trouver en occasion à un prix très raisonnable (sans doute dû au fait qu'il n'ait pas été traduit).

Je sais qu'une traduction est disponible via une ROM. Mais je préfère me le faire d'abord sur ma 3DS. Surtout que la dernière affaire n'a pas encore été traduite 🙄

En voyant la communauté de cette série, et tout simplement la qualité de cette dernière, j'espère fortement que cinquième volet (ainsi que les suivants) sera traduit un jour, et en version boîte en prime 😛

#12 Vendredi 29 Août 2014 à 21:35:47

Ca va être très dur, mais le cinquième opus est très bon pour ma part. Concernant AAI, je ne l'ai même pas traduit, mais le jeu est vraiment bon. Quel est ton préféré ?

#13 Dimanche 31 Août 2014 à 01:48:59

Comme pour beaucoup de fans de la série, en dehors de AAI que je viens de débuter, mon classement est le même que le tien 🙄

#14 Jeudi 11 Septembre 2014 à 10:12:49

Beaucoup de fans n'apprécient pas le quatrième volet car ils considèrent que le personnage d'Apollo Justice n'est pas assez développé. Mais AA5 vient régler ce problème 😅

#15 Samedi 13 Septembre 2014 à 17:27:23

Au début je redoutai le changement de personnage, mais vu la fin du jeu (sans spoiler) je trouve que ce changement est justifié. Et ce qui justifie encore plus c'est l'histoire de Phoenix Wright également 🙂

#16 Vendredi 31 Janvier 2020 à 20:42:37

OUIII je kiff ce jeu en plus ! JFA ma vie !!!

Poster un commentaire

S'inscrireConnexion